Temps forts

La Poste de Lavéra : fermera ou fermera pas ?

La Poste de Lavéra : fermera ou fermera pas ?

1/1

La Poste de Lavéra : fermera ou fermera pas ?

R. Reponty R. Reponty
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Après l'audience du 20 janvier à la direction de La Poste à Marseille, le comité de vigilance postale réunit une grosse centaine d'habitants et demande la reprise du service des recommandés et des colis à Lavéra.

 Extraits de la réunion avec les habitants de Lavéra.
 Francis Fournier
 René Pastor

C'est l'un des enjeux du combat mené par le comité de vigilance postale de Martigues : le retour des instances à La Poste de Lavéra. Les instances c'est ce qu'on appelle à La Poste le service des recommandés et des colis quand il n'ont pu être distribués à leurs destinataires car absents de chez eux. Aujourd'hui les habitants de Lavéra sont contraints de se déplacer à La Poste de Jonquières à 4,5 km dans le centre ville de Martigues pour récupérer leurs courriers recommandés ou leurs colis. De plus, les horaires d'ouverture et de fermeture du bureau de poste de Lavéra sont élastiques et très variables. Une feuille volante scotchée sur la plaque d'origine de la porte indiquant normalement les horaires classiques en témoigne. Elle peut être changée du jour au lendemain sans autre forme de procès. « Des fois il peut arriver qu'elle soit fermée pendant une semaine, explique René Pastor, animateur du comité et figure notoire du village, les gens sont outrés : de venir, de se déplacer et de trouver la porte fermée. En plus, souvent ce sont des personnes âgées. C'est un service public quand même, il ne faudrait pas l'oublier. »

Retrouver un service public plein et entier

Devant la grosse centaine d'habitants réunis ce matin dans la salle de la mairie annexe, juste en face de La Poste de Lavéra, aujourd'hui ouverte, Francis Fournier, autre animateur du comité de vigilance postale et ancien postier, décrit l'audience qu'ils ont obtenu le 20 janvier dernier à la direction de La Poste à Marseille : « La direction a accepté de recevoir un comité d'usagers et ça c'est très rare en France. La Poste est un peu gênée parce qu'elle ne peut pas fermer un bureau sans qu'elle ait transféré les instances, soit à la mairie, soit à un commerce. » À la mairie on soutient le comité en refusant de se substituer à ce service public, « Comme si le métier de postier n'en n'était pas un, s'insurge Gaby Charroux, le maire de Martigues, nous, nous voulons le maintien du service public. » Pour les commerces, le comité souhaite les rencontrer et les inciter à refuser l'option afin d'obliger La Poste à assurer son service. « Transférer des activités postales sur un commerce ça ne peut pas nous rassurer, poursuit Francis Fournier devant les habitants qui acquiescent, nous, nous sommes des citoyens qui payons des impôts et qui voulons avoir une poste sur Lavéra. »

Le bras de fer n'est pas terminé

De son côté La Poste, dans un communiqué, se veut rassurante : « Nous sommes en cours de réflexion sur l’évolution de la présence postale à Lavéra, en concertation avec la Mairie, pour trouver ensemble la forme de présence postale la mieux adaptée aux évolutions du quartier et à la baisse de fréquentation de 8%. Rien n’est acté à ce stade de la réflexion. » Mais pour Francis Fournier, « C'est de l'enfumage ça, jusqu'aux prochaines échéances électorales...» (les municipales NDLR). Il dénonce aussi la mesure de la baisse de fréquentation en arguant que comme le service postal dans son entièreté n'est pas assurer à Lavéra, les usagers vont à Jonquières et donc par le principe des vases communicants il y a forcément moins de monde à Lavéra. Pour continuer à se faire entendre le comité prépare d'autres actions de manifestation, peut-être devant La Poste de Jonquières. La pétition : " Refusons le projet de fermeture de La Poste de Lavéra " a déjà obtenu près de 1500 signatures.

Dans tout le territoire national La Poste est dans une logique de réduction d'effectifs. Sur les 6 bureaux de poste de Martigues et Saint-Mitre-Les-Remparts, récemment réunies par la gestion de La Poste, les emplois d'un directeur de secteur, d'un responsable de secteur, d'un conseiller financier et de deux guichetiers sont déjà ou devraient être supprimés très bientôt, soit 5 personnes en tout.

En vidéos : les interviews de Francis Fournier et René Pastor, animateurs du comité de vigilance postale; et, quelques extraits de la réunion avec les habitants.

(Interviews et images : Rémy Reponty pour Maritima médias.)