Temps forts

Qui est-il cet enfant-là?

Qui est-il cet enfant-là?

1/1

Qui est-il cet enfant-là?

c. lips c. lips
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Dans le cadre du 30ème anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant, la Ville de Martigues a mandaté deux artistes, un photographe et un comédien, metteur en scène, pour réaliser 32 portraits sensibles d'enfants

Droit d'être logé et nourri, d'avoir une éducation, d'avoir une identité, des loisirs, d'être protégé de la violence ou de pouvoir jouer ... Le 20 novembre 1989, l'assemblée générale des Nations-Unies adoptait à l'unanimité la Convention internationale des droits de l'enfant. La France s'est engagée à la mettre en pratique. Pour célébrer cet anniversaire, la Ville de Martigues s'est lancée dans un grand projet il y a peu plus d'an, dont la restitution aura lieu ce dimanche à la médiathèque, à partir de 15h. 

"Qui est-il cet enfant-là", c'est le nom du projet, a réuni 32 familles martégales, ainsi que les professionnels de la petite enfance. Ils seront tous réunis à la médiathèque pour une invitation à voyager dans le monde des bébés. Une traversée ponctuée d'interventions de parents et d'agents, en musique, en danse, avec des souvenirs d'enfance chuchotés, des portraits écrits ou en images, des enregistrements sonores...

Donner la parole aux touts petits 

Le résultat d'une année de travail pour deux artistes mandatés par la Ville pour donner la parole aux tout-petits et à ceux qui les entourent. Du côté des mots, c'est Jean-Marc Zanarolli, de la compagnie L'ombre folle, qui s'est chargé du recueil de citations et de dresser des portraits chinois des enfants du type : si j'étais un animal je serais... Si j'étais une couleur, je serais... Pas évident avec de petits êtres en devenir qui ne maîtrisent pas bien encore le langage. Le comédien et metteur en scène s'est tourné vers les parents et les agents qui travaillent chaque jour avec les bambins, dans les crèches ou à la maison.

Du côté des images, la Ville a fait appel à Antoine Poupel, l'un des plus grands photographes français, connus notamment pour ses clichés du Crazy Horse ou de la Cie Zingaro. Il raconte : « Je suis habitué à faire des portraits d'adultes. Avec les enfants, c'est différent. Il faut les sentir, les apprivoiser, et travailler avec les informations données par la famille et le personnel. C'était un vrai exercice car même si je suis libre artistiquement, il a fallu collaborer avec les parents. »

Qui est mon enfant? 

Eux-aussi ont dû faire un pas de côté dans leur quotidien pour se poser la question : qui est mon enfant ? Qu'est qui fait qu'il est singulier. « Ce n'est pas anodin si l'on intègre la restitution de ce projet dans l'anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant, insiste Anne-Marie Sudry, élue déléguée à la Petite Enfance. Les droits de l'enfant, ça commence par se demander qui ils sont. Car au travers de portraits individuels, on parle de tous les enfants. Par le biais des artistes, on se questionne. Et pour les petits, participer à un tel projet culturel, c'est déjà une ouverture d'esprit. » L'exposition de photographies d'Antoine Poupel sera visible à la médiathèque pendant quinze jours à partir du 24 novembre. 

Crédit Photo : "Nour", par Antoine Poupel