Temps forts

Martigues : ne plus être une cible vivante sur la route

Martigues : ne  plus être une cible vivante sur la route

1/1

Martigues : ne plus être une cible vivante sur la route

R. Reponty R. Reponty
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La semaine bleue bat son plein partout en France et propose notamment à Martigues des ateliers de sécurité routière aux retraités et aux personnes âgées.

 Mélanie Reynier fait un constat risque sur les séniors.
 Anthony explique son stand prévention alcool.
 Hélène trouve un double bénéfice à cette action.

Ne plus être une cible vivante sur la route, c'était l'un des objectifs de la journée sécurité routière organisée ce mardi par la ville de Martigues auprès des seniors. Une action menée dans le cadre de la semaine bleue, la semaine nationale des retraités et des personnes âgées et conduite notamment par des lycéens des établissements Brise lames et Paul Langevin, formés pendant le Salon des jeunes et encadrés par l'association ASSAJIR (association agréée par la préfecture et luttant contre les comportements à risque sur la route).

Dans le hall de l'hôtel de ville de Martigues 7 ateliers proposent aux seniors de s'informer et de se tester sur des thématiques comme la vision et la fatigue au volant, un quizz sur le code de la route, un simulateur de conduite ou encore : être piéton et les modes de circulation. En effet, en avançant dans l'âge les seniors s'exposent à de plus en plus de risques. « On s'est rendu compte que les seniors étaient à la fois auteurs d'accidents du fait de la perte de réflexes ou de la vision, due à leur âge, explique Mélanie REYNIER, chargée de mission Prévention des espaces urbains, mais également qu'ils étaient victimes et des cibles potentielles sur la route notamment en tant que piétons puisqu'ils n'ont plus du tout les mêmes réflexes que quand on est plus jeune. »

Élève de terminale au lycée Brise lames, Anthony tient le stand sur l'alcool avec du faux whisky, une seringue doseuse et un tableau comparatif. « Lorsqu'on je demande à certaines personnes de me servir un verre pour un apéritif de simulation, on peut s'apercevoir que la dose est très variable. Dans un bar la dose officielle est de 3 centilitres pour le whisky alors que certains se servent chez eux entre 4 à 6 fois cette dose par verre ! »

Invitée à venir par son foyer CCAS, Hélène a trouvé un double bénéfice à cette action. « J'ai une petite fille qui a 18 ans et qui va passer son permis donc je vais lui donner toute la documentation et je pense que c'est très utile. Et moi à mon âge je me rends compte que je suis ignorante de beaucoup de choses et j'ai beaucoup appris. Même nous les anciens on en apprend tous les jours ! »

Chacun des seniors participants à ces ateliers est reparti de l'hôtel de ville de Martigues avec un petit sac à dos dans lequel deux éthylotests étaient offerts en cadeaux, de sécurité.

En vidéos : les interviews de Mélanie REYNIER, chargée de mission Prévention des espaces urbains, d'Anthony, élève de terminale au lycée Brise lames et d'Hélène, d'un foyer CCAS de Martigues.

(Interviews et images : Soizic André pour Maritima médias.)