Temps forts

Istres : agents, syndicats et élus mobilisés pour défendre les finances publiques

Istres : syndicats et élus mobilisés pour défendre les centres des impôts

1/1

Istres : syndicats et élus mobilisés pour défendre les centres des impôts

J. Darras J. Darras
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Une consultation a eu lieu ce matin en Sous-préfecture d’Istres autour de l'avenir des centres des impôts et des Trésoreries. Opposés à leur démantèlement, syndicats et élus de Martigues, Miramas, Vitrolles, Berre,... sont unanimes : il ne faut pas y toucher!

 Maxime Picard Secrétaire Départemental Solidaires FP 13
 Fabrice Alteirac contrôleur des finances publiques à Istres
 Frédéric Vigouroux maire de Miramas
 Nathalie Lefebvre élue à la ville de Martigues

"Aujourd'hui c'est très grave. Il y a un vrai risque de démantèlement. On essaye de faire croire qu'on fera plus avec moins d'agents et moins d'implantations. Pour les habitants ce démantèlement des centres des impôts ça signifie des km en plus. Il faudra se déplacer plus loin pour rencontrer un agent et avoir une réponse", estime Maxime Picard, Secrétaire Départemental de Solidaires Finances Publiques 13

Plusieurs agents et responsables syndicaux ont manifesté leur mécontentement ce matin devant la Sous-Préfecture d'Istres au moment où les élus du territoire (Martigues, Istres, Berre, Miramas, Vitrolles, Marignane) y étaient convoqués pour évoquer la "déconcentration de proximité" des finances publiques, ce nouveau maillage territorial sur la période 2019-2022.

L'intersyndicale dénonce un projet qui "envisage la fermeture pure et simple des trésoreries de Miramas, Berre, Vitrolles, Marignane, Martigues, Gardanne, La Ciotat ou encore Lambesc mais aussi la disparition des missions fiscales du centre d'Istres. Les agents craignent aussi une mobilité forcée et des suppressions de postes.

Pour Fabrice Alteirac, contrôleur des finances publiques à Istres : "Istres va être énormément impacté par ce démantèlement. Il va perdre le service aux particuliers et aux entreprises. Si un particulier veut rencontrer un agent il devra aller à Martigues ou Salon. Pour les entreprises il faudra aller à minima à Marignane, Salon voire Tarascon. C’était deja compliqué et long pour avoir un renseignement cela va se démultiplier!

 

Les élus de Martigues, Miramas, Vitrolles, Berre, Marignane et Vitrolles sont ressortis unanimes de la concertation: il ne faut pas toucher aux centres!

 

"Il y a unanimité des élus présents pour s'opposer à cette réorganisation, a déclaré l'élue de Martigues Nathalie Lefebvre aux manifestants à la sortie de la concertation. Dès vendredi soir on va présenter une motion en conseil municipal pour nous opposer à ce démantèlement des finances publiques. Sous prétexte de réorganisation on est plutôt sur la casse du service public. J'ai réaffirmé notre attachement au service public de proximité."

"On est abasourdi. Je suis très mécontent, nous a confirmé le maire de Miramas. Ce n'est pas possible que le service public régresse. Il y a besoin de relations humaines surtout pour des dossiers aussi complexes que les impôts. Il va falloir se mobiliser comme on l'a fait il y a 4 ans. On va faire passer une motion au prochain conseil municipal."

 

En vidéo ci-dessus les interviews de Maxime Picard, secrétaire départemental Solidaires Finances Publiques 13, Fabrice Alteirac, contrôleur des finances publiques à Istres, Frédéric Vigouroux, maire de Miramas et Nathalie Lefebvre, élue à Martigues (au micro de JM Darras)