Temps forts

Bouches-du-Rhône. La délinquance en baisse depuis 5 ans

Bouches-du-Rhône. La délinquance en baisse depuis 5 ans

1/1

Bouches-du-Rhône. La délinquance en baisse depuis 5 ans

N. GRIZARD N. GRIZARD
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Baisse continue de la délinquance dans les Bouches-du-Rhône depuis 5 ans. C'est le constat fait par la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. Une baisse confirmée durant l'année 2017. Le bilan a été présenté ce mercredi matin à la presse.

Les forces de l'ordre n'ont pas chaumé cette année encore et la délinquance évolue favorablement dans le département des Bouches-du-Rhône, par rapport à l'année précédente. On constate une baisse de 4,4% des atteintes aux biens avec une diminution significative des cambriolages (-2,3%), une baisse des vols de véhicules à moteur (-8,3%) et de vols à main armée (-3,6%). Les atteintes volontaires à l'intégrité physique sont également en diminution de 1,5%. A l'inverse, les violences sexuelles sont en hausse de 14,5%, dû notamment à "l'affaire Weinstein" qui a poussé de nombreuses personnes à porter plainte (+39,8% sur les 3 derniers mois de 2017). Autre constat dans ce domaine, les atteintes à dépositaires de l'autorité sont en baisse de 2,3%. Les règlements de comptes, eux, ont été divisés par deux, passant de 26 à 13. Ils ont entraîné 14 morts en 2017 contre 29 en 2016. La tendance se confirme sur la commune de Marseille.
Ces tendances sont aussi relevées dans le domaine de la lutte contre les trafics de stupéfiants, "où des résultats exceptionnels ont été obtenus". En 2017, tous services confondus, le nombre de mis en cause a augmenté de 28,9%. En matière d'investigation, 108 réseaux de trafics de stupéfiants ont été démantelés, 366 individus écroués, 1 448kg de cannabis, 182 kg de cocaïne, 73 kg de drogue de synthèse et plus de 5 millions d'euros saisis. Sur l'année 2017, 50 réseaux ont été démantelés (+25% par rapport à 2016) et 157 individus écroués (+13,8%).
En matière de lutte contre le terrorisme, les services ont de nouveau été mobilisés, notamment le 1er octobre dernier avec l'attaque sur le parvis de la gare Saint Charles à Marseille. Le travail de renseignement et de suivi s'est poursuivi et a donné des résultats significatifs. A ce jour, 582 individus sont inscrits au fichier des signalés pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste. Le préfet des Bouches-du-Rhône, Olivier de Mazières, a d'ailleurs fait fermer deux lieux de culte, dont la mosquée As Sounna, boulevard National à Marseille. Enfin, le décloisonnement et le partage d'informations en matière de lutte contre la radicalisation se sont matérialisés par le lancement des premières cellules municipales d'échanges sur la radicalisation à Miramas courant décembre 2017, puis à Tarascon, Istres et Auriol en ce début d'année.
On terminera avec le bilan de la sécurité routière en 2017. La mortalité a baissé de 3,9% après trois années de stabilité (122 tués en 2017 contre 127 en 2016). Les forces de l'ordre ont poursuivi et renforcé leurs actions en matière de contrôles routiers, visant en particulier les comportements dangereux.