Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

"thecamp" : le campus qui va "changer le monde" installé à Aix

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Projet à 80 millions d'euros, la moitié pour le bâtiment à l'architecture futuriste, et l'autre pour amorcer les premières années de fonctionnement, "thecamp" ambitionne d'inscrire Aix sur la carte mondiale des plus grands "incubateurs".

Le créneau est encombré, après le lancement du plus grand incubateur du monde, Station F, à Paris en juin et d'une série d'autres projets (H-Farm en Italie, Hyper Island en Suède...). Sur 12 000 m2, thecamp se présente comme le "premier campus européen consacré aux technologies émergentes et aux nouveaux usages". S'y croiseront aussi bien des étudiants de pays émergents, que des entrepreneurs du numérique, des patrons, des artistes ou des associatifs... Le pari est que des idées inédites, éventuellement déclinables en "business" lucratif, jaillissent dans un cadre idyllique : terrain de volley-ball en sable fin, vue imprenable sur les monts provençaux. "Ces jeunes talents qui vont venir travailler dans notre écosystème auront 6 mois pour développer un projet", explique Éric Viennot, directeur de création de thecamp et cofondateur de la "Hive" (ndlr : la "ruche"). "Ils viennent avec leur talent, des idées et surtout une envie, celle de changer le monde". Un projet a par exemple été lancé pour résoudre le problèmes des déchets plastiques en mer, en faisant travailler ensemble une série d'acteurs qui ne s'étaient jamais rencontrés. Des innovations sont aussi testées par des entreprises : un constructeur de piscines "écologiques", dont la propreté de l'eau est régulée par des bactéries, a par exemple construit un bassin-test sur le site.
"On n'a plus le temps d'attendre, il est urgent de travailler sur des problématiques telles que la pollution, le réchauffement climatique, la propreté des océans ou le manque global de nourriture", poursuit Éric Viennot. "On a décidé de créer ce lieu parce qu'il n’existait nulle part ailleurs et on appelle tous les gens à nous rejoindre pour venir explorer le futur avec nous". Conçu par un entrepreneur décédé cet été, Frédéric Chevalier, thecamp va être confié à une fondation : son but n'est pas de dégager des profits, mais d'être "à l'équilibre" et trouver en trois ans un modèle "pérenne". L'argent a été apporté à la fois par des prêts publics (collectivités locales, chambre de commerce), et des investissements de grandes entreprises : Accenture, Accor, Cisco, La Poste ou encore Vinci.

En vidéo, regardez l'interview d'Éric Viennot, directeur de création de thecamp et cofondateur de la "Hive". (Images de Norhène Ouerfelli)