Temps forts

Port de Bouc continue de se battre pour sa Sécurité Sociale

  • Social
  • 26/04/2017 à 10h30
  • 01:30
L'Assemblée communale permet aux habitants de participer à la vie de la commune.

1/1

L'Assemblée communale permet aux habitants de participer à la vie de la commune.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La Ville, qui vient d’apprendre la fermeture complète du bureau et la mise en vente de son bâtiment, a obtenu un nouveau rendez-vous avec la direction régionale, qu'elle entend convaincre de maintenir un lieu d'accueil de la population sur la commune.

 L'interview de Patricia Fernandez-Pédinielli, maire de Port-de-Bouc.
Voilà déjà plus d'un an que les Port-de-Boucains se battent pour conserver leur permanence de la Sécurité Sociale, et les dernières nouvelles ne sont pas bonnes. "On nous a annoncé la fermeture complète du bureau et la vente du bâtiment", explique Patricia Fernandez-Pédinielli. "Nous sommes très déçus, toutes les autres institutions menacées ont répondu présentes pour rester dans la commune et y développer leurs services, ce qui n'est pas le cas de la Sécurité Sociale". Lors de la deuxième réunion de l'Assemblée communale, qui se tenait hier soir dans la salle Gagarine, la maire de Port-de-Bouc a une nouvelle fois recueilli l'opinion des habitants présents, et les a informé de son plan de bataille. "J'ai réussi à obtenir un rendez-vous avec le directeur général et la présidente au cours duquel je souhaite que l'on rouvre le débat", poursuit-elle. "L'objectif pour nous c'est de les emmener sur place, pour qu'ils sentent à quel point ce service public est d'une importance capitale dans notre commune". Car au-delà de l'évidente réponse qu'apporte cette permanence aux besoins de plus en plus importants exprimés par une population vieillissante, c'est également d'un symbole historique que Port-de-Bouc risque d'être amputé. "C'est un emblème de notre commune, comme le buste d'Ambroise Croizat, le ministre communiste qui a fondé la Sécurité Sociale. Si le centre ferme cela va nous enlever une partie de notre âme", conclut-elle.  

En vidéo, regardez l'interview de Patricia Fernandez-Pédinielli, maire de Port-de-Bouc.
(Images de Fabienne Verpaen)