Temps forts

Triste record d'interventions pour les sauveteurs en mer de Carro

  • Social
  • 05/11/2019 à 10h52
  • 02:08
G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Avec 61 sorties en mer depuis le début de l'année, la station SNSM de Carro vient d'établir un triste record depuis sa création il y a 150 ans.

Du jamais vu depuis la naissance de la station des sauveteurs en mer de Carro! Depuis janvier, les bénévoles sont intervenus plus d'une soixantaine de fois, y compris durant les épisodes de tempête. "Notre intervention la plus périlleuse concernait un voilier qui devait se rendre de l'Estaque aux Saintes-Maries-de-la-mer, explique Jean-Michel Roque, bénévole chargé de la communication. Le haut fond de l'embouchure du Rhône lui a été fatal. Le sauvetage s'est effectué par grosse mer, en deux temps et avec d'importants moyens. Nous sommes intervenus de nuit puis de jour avec l'aide d'hélicoptères. Le plaisancier est resté 24 heures sur son bateau. Il était en hypothermie." Au total, ce sont cinquante personnes (et deux chiens!) que les bénévoles ont sauvé, le plupart du temps en détresse suite à une avarie moteur ou panne de carburant. "La majorité des interventions se déroulent l'été. Mais là, il faut bien avouer que la situation est inédite. Et la saison hivernale ne fait que commencer", précise le bénévole. 

Nonchalance et inconscience

Si ce nombre d'interventions s'explique par plusieurs raisons, la première d'entre toutes reste la "nonchalance" des plaisanciers. "Beaucoup ne regardent pas la météo, explique Jean-Michel Roque. En mer, elle change rapidement. Ensuite nous avons eu des personnes qui se sont blessées sur leur bateau. Puis il y a des inconscients qui sortent sans vraiment connaître la Côte Bleue. Ils mouillent où il ne faut pas." 

Appel aux dons

L'autre raison réside aussi dans le fait que la station de Carro, pourvue d'un canot tout-temps, a été appelée plusieurs fois pour des interventions hors de son secteur habituel, "parce que certaines vedettes étaient en indisponibilité, ici dans le golfe de Fos." Rappelons que la SNSM fonctionne sur le principe du bénévolat et du don. Les travaux et l'entretien des bateaux découlant donc des fonds récoltés. "Nous avons une importante révision à mener sur notre vedette, explique Frédéric Vert, le président de la station de Carro. Le bateau à plus d'une trentaine d'années." Sans cette révision, les sauveteurs en mer ne pourrait plus l'utiliser. Pour l'histoire, la vedette de Carro porte le numéro 73, celle des sauveteurs en mer des Sables d'Olonne qui ont péri en mer en juin dernier portait le numéro 61. "C'est-à-dire que ce sont des bateaux de la même génération", conclut le président.

 

Ecoutez l'interview de Jean-Michel Roque, sauveteur bénévole de la SNSM de Carro