Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Loi Travail. 1000 manifestants à Istres pour "répéter" le 9 avril

  • Social
  • 05/04/2016 à 16h00
  • 01:40
Le moral des manifestants est au beau fixe, ils sont persuadés que l'État va céder.

1/1

Le moral des manifestants est au beau fixe, ils sont persuadés que l'État va céder.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Galvanisés par l'ampleur croissante de la mobilisation, ils étaient un millier à défiler ce matin dans les rues d'Istres à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU pour demander une nouvelle fois le retrait "pur et simple" de la Loi Travail.

 L'interview de Yann Manneval, secrétaire de l'UD CGT.
 L'interview de Freddy Mika, animateur du SNUIPP-FSU 13.
 L'interview de Josiane et Danièle, membres de la Ligue des Droits de l'Homme.
"Nous ne lâcherons rien !" Le slogan affiché sur la banderole en tête de cortège est efficace, d'autant plus qu'il est suivi d'un millier de manifestants dans les rues d'Istres. Ce simple "tour de chauffe" avant le grand rendez-vous social du 9 avril annonce déjà l'ampleur de la mobilisation de samedi. "Ce n'est qu'une mise en bouche, la lutte continue avec plus de monde à chaque fois", explique Yann Manneval, secrétaire de l'Union Départementale CGT. "D'autres manifestations suivront, les mouvements de grève se multiplient, avec la convergence des lycéens et des étudiants. On obtiendra gain de cause, il ne peut pas en être autrement, ce serait un recul trop important". Non, décidément, la Loi Travail ne passe pas, particulièrement ses volets consacrés au licenciement économique, aux heures supplémentaires, et au plafonnement des indemnités prud’homales. "Une loi normalement, est faîte pour protéger le plus faible, hors ici elle protège une fois de plus le capital et ceux qui détiennent le pouvoir d'action", déclare Freddy Mika, animateur du Snuipp-FSU 13. "Ce que l'on veut c'est que ce texte soit retiré, pour qu'on puisse le réécrire afin de protéger le plus faible". La forme employée par le gouvernement a également choqué les manifestants, qui lui reprochent de vouloir passer en force. "Il fallait la discuter cette réforme et voir ce que l'on pouvait faire avec les organisations syndicales", lance Josiane, membre de la Ligue des Droits de l'Homme. "C'est une atteinte au droit du travail", conclut-elle.

En vidéos, regardez les interviews de Yann Maneval, secrétaire de l'Union Départementale CGT, de Freddy Mika, animateur du Snuipp-FSU, ainsi que de Josiane et Danièle, militantes de la Ligue des Droits de l'Homme. (Images d'Ulrich Téchené)