Temps forts

Ascometal. La CGT demande à l'État un repreneur "viable"

  • Social
  • 04/03/2014 à 16h30
  • 01:09
 L'interview de Christian Pantoustier, délégué central CGT d'Ascométal.
R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Alors que le groupe sidérurgique va être placé en redressement judiciaire jeudi suite l'échec des négociations entre les banques et le fonds Apollo, la CGT demande à l'État d'intervenir pour permettre la reprise d'Ascometal par un industriel.

En proie à d'importantes difficultés financières, le groupe sidérurgique Ascometal devait trouver des solutions pour éviter son placement en redressement judiciaire. Malheureusement les négociations entre le fonds Appolo et les banques américaines se sont soldées sur un échec aujourd'hui. Christian Pantoustier, délégué central CGT d'Ascometal, n'est pas surpris par ce résultat. "Au point où on en est, que ce soit un redressement judiciaire, un plan de sauvegarde ou toute autre reprise par un fonds de pension américain, ce n'est pas cela qui va assurer l'avenir d'Ascometal en général", explique-t-il. "Nous ce que l'on demande c'est que l'État intervienne pour arrêter tout ça. On ne peut plus continuer comme ça. Ascometal est viable, mais avec des industriels, pas des fonds de pension véreux". À noter que le gouvernement avait déjà proposé sa participation financière lors des précédentes négociations, à la condition que l'emploi soit sauvegardé. Un argument qui n'a visiblement pas pesé lourd dans la balance des banques américaines.  


Écoutez l'interview de Christian Pantoustier, délégué central CGT d'Ascometal, joint au téléphone par Cédric Lombard.