Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Zidane à Marseille : la traversée du désert... médical.

  • Santé
  • 14/02/2022 à 06h00
  • 03:36
Zidane à Marseille : la traversée du désert... médical.

1/1

Zidane à Marseille : la traversée du désert... médical.

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Depuis deux ans, la cité de la Castellane est devenue un désert médical, mais aujourd'hui ses habitants ont pu voir apparaître une oasis qui n'a rien d'un mirage : la maison médicale digitale, inaugurée par Zidane, l'enfant prodige du quartier, qui a apporté sa notoriété au projet..

 Zidane, retour à la Castellane
 les réactions des habitants
 Les témoignages rassurants des professionnels de la santé

Depuis deux ans et le départ de ses deux derniers médecins, la cité marseillaise de la Castellane a été, elle aussi, désertée par la médecine, au même titre que les coins de campagne les plus reculés du pays.
Et pourtant, avec ses 7000 âmes, dont beaucoup de jeunes, elle est loin d'être un désert humain. Mais ceux qui y vivent ont souvent l'impression, justifiée, d'habiter dans une sorte de village mal desservi et oublié, sinon du reste du monde, du moins du reste de la ville. 

Heureusement, l'un de ses enfants, parti chercher fortune ailleurs et devenu entrepreneur dans le paramédical et les soins à domicile, n'a pas oublié d'où il venait.
Constatant les carences, Driss Kanes, ancien minot du quartier, se lance alors dans le projet d'implantation d'une maison médicale.
Problème, en dépit de tous ses efforts, aucun médecin ne veut s'installer ici. Encore cette mauvaise réputation qui colle au nom de Castellane comme ce maudit sparadrap qui colle au capitaine Haddock dans les bandes dessinées de Tintin.
Le jeune chef d'entreprise ne se décourage pas, épaulé par Philippe Montellus, neurochirurgien de renom, il contacte son ami, le comédien Mahamadou Coulibaly qui lutte lui aussi contre la désertification médicale dans sa propre banlieue parisienne.
Et ce, grâce à un outil d'avenir : une cabine de téléconsultation qui permet, à l'aide d'un infirmier présent au côté du patient, de se faire examiner sur place grâce à des instruments connectés (tension, poids, rythme cardiaque, température, etc...) et dont les résultats parviennent instantanément au médecin qui se trouve, lui, à distance, de l'autre côté de l'écran.
Pour résumer, une sorte d' examen par visioconférence effectué grâce à l'appareillage sophistiqué qui équipe désormais la maison médicale. (voir explications dans la vidéo).

Un dispositif qui évitera à tous ceux qui souffrent de troubles légers - ou qui ont simplement besoin du renouvellement d'un traitement (hypertension, diabète, problèmes cardiaques...) de devoir perdre des heures dans les transports en commun et dans les salles d'attente des médecins extérieurs à la cité. Et en cas de détection de problèmes plus graves, le patient sera envoyé aux urgences ou chez un spécialiste voire hospitalisé. 

La maison médicale digitale, inaugurée ce vendredi 11 février, emploiera un infirmier et un médiateur en santé. Un dispositif complété par la venue d'un médecin qui y tiendra régulièrement des permanences.


En vidéo : 

- des extraits de discours et de la "folie Zidane" qui électrise la foule (vidéo 1)

- des réactions d'habitants de la cité ou du voisinage, partagés entre l'enthousiasme d'accueillir Zidane et de bénéficier enfin d'une structure médicale et la déception de ne pas assister à l'installation d'un médecin en chair, en os et en permanence. C'est ainsi que beaucoup de mamans s'inquiétaient de l'aspect digital et numérique de l', un univers qui ne leur est pas du tout familier (écoutez les réactions d'Inès, de Sabrina et de Lyece dans la vidéo 2)

- Et pour rassurer les habitants qui se sentent désarmés face à la technique, les témoignages du professeur et neurochirurgien Philippe Metellus, coinitiateur du projet ; du professeur Vincent Moutardier, chirurgien à l'hôpital Nord ; de Driss Kanes ainsi qu'une démonstration sommaire de la cabine de téléconsultation par Nabil Berouag, cofondateur de Doctipass (vidéo 3)

 

 (Extrait du communiqué de la Région Sud qui a en partie financé l'implantation dans la cité de la Castellane de cette maison médicale digitale d'un coût total de 80 000 euros : 

"La lutte contre les déserts médicaux est une priorité pour la Région Sud, avec l’objectif de créer 120 Maisons régionales de santé au cours de cette nouvelle mandature.
La Région soutient ainsi ce projet au cœur de la
Castellane, à hauteur de plus de 59 000 € sur le financement du matériel de téléconsultation et informatique.
L’ARS s’est engagée à financer le volet ressources humaines nécessaires à la mise en œuvre du projet, notamment les postes d’infirmier, de médiateur santé et de coordinateur projet.
Ce service de télémédecine de la Castellane s’adosse à des maisons de santé déjà implantées dans les quartiers Nord telles que la Maison régionale de santé du vallon de Malpassé et Mirabeau.")