Temps forts

Fos EPSEAL : les conclusions de l'ARS et de la Préfecture

  • Santé
  • 20/03/2018 à 13h48
  • 03:34
La conférence de presse se déroule sur le site de l'AFPA à Istres.

1/1

La conférence de presse se déroule sur le site de l'AFPA à Istres.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Les représentants de l'Agence Régionale de la Santé et de la Préfecture des Bouches-du-Rhône livrent leurs conclusions sur l'étude ayant été menée pour analyser le risque des pollutions industrielles sur la zone Fos-Étang de Berre.

 Karine Huet, Déléguée départementale de l'ARS
 Patrick Couturier, responsable départemental de la Dreal
 Sébastien Denys, directeur du pôle santé environnement de Santé publique France
14h57 : Le Préfet communiquera prochainement pour rappeler les différents services de l'État qui interviennent dans ce domaine.

14h50 : Santé Publique France souhaite apporter des réponses plus précises sur le lien éventuel entre la pollution environnementale et la hausse de la mortalité sur certains territoires, en menant une étude sur l'ensemble des riverains de zones industrielles en France, afin de déceler s'il peut y avoir des indicateurs communs pour le démontrer.

14h40 : Les hypothèses crédibles pour distinguer les résultats Fos-Berre par rapport à la région PACA :
- Les comportements de la population (ex : tabagisme) justifient 40% des cancers qui surviennent.
- Les expositions professionnelles justifient 5% (pollution sur son lieu de travail) des cancers.
- Les pollutions dans l'environnement (air) justifient de 4 à 8% des cancers.

On ne peut donc pas attribuer l’augmentation de la mortalité à l'exposition aux pollutions d'origine industrielle.

14h30 : La comparaison entre l'étude de l'ORS et l'étude FOS-EPSEAL indique que les conclusions vont "dans le même sens", même si la méthodologie a été différente.

14h20 : Pierre Verger, directeur de l'Observatoire Régional de la Santé (ORS), présente maintenant "l'état de santé du territoire Fos-Berre", selon une étude réalisée par ses services. Les indicateurs observés ont été notamment ceux de la mortalité liée à toutes les causes avant 65 ans (précoce), par cancers, pour le seul cancer du poumon et le cancer chez les femmes pour les communes de Fos et Port-Saint-Louis, mais aussi sur les 29 communes du pourtour de l'étang de Berre. La proportion d'ouvriers y est plus importante qu'en PACA, et la proportion de cadres deux fois moins importante.

Conclusion de l'étude de l'ORS :
La mortalité toutes causes est augmentée chez les hommes, mais pas chez les femmes.
La mortalité précoce (-65 ans) augmentée de 19% chez les hommes.
La mortalité par cancer toutes causes est de plus de 34% dans les communes concernées et pour le cancer du poumon de plus de 40% chez les hommes.

14h15 : Patrick Couturier, représentant la DREAL (secteur CD 13), aborde lui l'étude SCENARII, menée en parallèle. Il annonce que "des marges de progrès ont été réalisées sur les rejets des polluants de type Benzène, Butadiène et Dioxyde de Souffre".
"Un arrêté sera bientôt proposé au Préfet, pour renforcer la surveillance des polluants, réduire, à terme, les émissions, et évaluer le risque sanitaire", explique-t-il.

14h13 : Sébastien Denys, de Santé Publique France, "insiste sur la complémentarité qu'offre cette étude par rapport aux démarches classiques mises en place".

14h05 : "L'échantillon n'est pas représentatif car les enquêteurs ont tapé à un logement toutes les 5 portes, mais n'ont pas suffisamment décrit comment ils ont procédé", poursuit Mélina Le Barbier. "Il y a par exemple 2,5 fois plus d'enfants issus de la commune de Port-Saint-Louis interrogés dans l'étude alors qu'il y a deux fois plus d'enfants dans la population de Fos-sur-Mer".

14h01 : Santé Publique France reconnaît tout de même deux intérêts majeurs de l'étude. Le premier sur les maladies qui préoccupent les populations, le second sur l'intérêt des concertations et dialogues mis en place.

13h54 : Mélina Le Barbier, représentante de Santé Publique France, mandaté par l'ARS pour produire une analyse critique de l'étude, annonce qu'un comité d'appui pluridisciplinaire a été mis en place pour la réaliser. Elle expose désormais l’ensemble de la méthodologie employée pour critiquer l'étude.

"L'échantillon des répondants ne peut pas être considéré comme représentatif de la population générale des deux communes (Fos et Port-Saint-Louis du Rhône)".


13h53 : L'ARS confie que les résultats de l'étude étaient suffisamment inquiétants pour justifier qu'ils soient contrôlés.

13h52 : Jean-Marc Sénateur, sous-préfet d'Istres introduit la conférence, la réunion préalable a duré plus de trois heures.

13h51 : la conférence de presse commence.