Temps forts

Le Pays de Martigues dévoile ses atouts aux futurs médecins

  • Santé
  • 20/12/2016 à 11h45
  • 02:39
Parmi ces internes se trouvent peut-être de futurs docteurs martégaux.

1/1

Parmi ces internes se trouvent peut-être de futurs docteurs martégaux.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Les internes en médecine générale travaillant actuellement sur le territoire sont vivement invités à s'y installer. Ils étaient conviés hier à une réception pour leur présenter l'ensemble des dispositifs en place pour les accompagner, mais pas que...

 L'interview de Françoise Eynaud, vice-présidente du Territoire déléguée à la Santé.
 L'interview de Philippe Lardenois, interne en médecine générale.
 L'interview du docteur Fatima Bouriche, médecin à l'Hôpital de Martigues.
"Nous avons deux théâtres, des cinémas, beaucoup de crèches, de bonnes écoles, des services des sports qui permettent d'accueillir tous les enfants et les adultes, et encore beaucoup d'atouts", détaille Françoise Eynaud, vice-présidente du Conseil de Territoire du Pays de Martigues déléguée à la Santé. Souvent méconnus par les étudiants, naturellement attirés par Marseille, où ils réalisent leurs études, et Aix-en-Provence, ces arguments peuvent toutefois faire la différence. "C'est vrai qu'on aurait tendance à privilégier une métropole, mais si on réfléchit en terme de besoin pour la population, sur le côté humain, on se sent forcément plus proche d'une ville comme Martigues", explique Philippe Lardenois, originaire de Rouen, interne en 5ème semestre de médecine générale. "Cette réception nous fait sentir que la ville a besoin de nous, et nous motive à nous orienter à un endroit plutôt qu'un autre. Les aides à l'installation m'ont particulièrement sensibilisé car elles peuvent nous alléger pour tout ce qui est paperasse et nous aider sur la dimension entrepreneuriale de notre métier". Le Centre Hospitalier de Martigues, avec ses nombreux services, a lui aussi un beau potentiel de séduction. Le docteur Fatima Bouriche s'est récemment laissée tenter par l'aventure martégale. "On vient tous de Marseille et on arrive souvent à Martigues en l'ayant choisi au hasard", déclare-t-elle. "Quand on est à fond dans nos études, et souvent un peu perdu sur la suite, être aiguillé comme c'est le cas aujourd'hui, avec une vraie prise en compte de la qualité de vie, c'est très profitable. On a la tête dans les livres et on n'est pas du tout formé pour gérer un cabinet libéral qui se gère comme une petite entreprise, le fait d'avoir un interlocuteur à ce niveau-là nous aide, nous donne des pistes, et peu nous attirer définitivement ici". Et même si le Pays de Martigues est encore loin d'être un désert médical, c'est maintenant qu'il faut agir. "Quand c'est déjà le désert, c'est très compliqué, il faut trouver le kamikaze qui va venir s'installer là où il n'y a strictement personne", reprend Françoise Eynaud. "De nos jours les jeunes médecins veulent travailler en équipe, en réseau, avec d'autres ressources. C'est pourquoi il ne faut pas attendre, le territoire est fragilisé par la démographie médicale, on arrive au creux de la vague, avec des générations anciennes qui vont partir à la retraite et une population qui vieillit davantage, sujette à des maladies chroniques, qui demandent des médecins de terrain". Autrement dit, il y a du boulot, et donc des opportunités. Reste plus qu'à se laisser tenter par le charme de la Venise Provençale...

En vidéos, regardez les interviews de Françoise Eynaud vice-présidente du Conseil de Territoire du Pays de Martigues déléguée à la Santé, de Philippe Lardenois, originaire de Rouen, interne en 5ème semestre de médecine générale, et du du docteur Fatima Bouriche, médecin à l'Hôpital de Martigues.