Temps forts

Aix: un réseau en tout point connecté pour soigner l'obésité

  • Santé
  • 07/06/2012 à 06h50
  • 02:23
Patients du Réso 13

1/3

Patients du Réso 13

Chirurgien digestif

2/3

Chirurgien digestif

Intervention à la clinique Axium

3/3

Intervention à la clinique Axium

O. Ferrandino O. Ferrandino
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Depuis 2009, 300 patients ont été opérés à la clinique Axium. En cause: une obésité sévère ou morbide. Pour pouvoir la traiter au mieux le Reso 13 a misé sur la force d'un réseau de professionnels pour qu'ils puissent démarrer une " nouvelle vie ".

 Mathieu Kadji, chirurgien digestif
10% c'est la hausse du taux de mortalité d' un obèse. Chaque année en France 55 000 personnes décèdent directement ou indirectement d' une obésité morbide ou sévère.  Et, alors qu'avant la chirurgie était faite de manière " un peu esseulée" par des chirurgiens obstétriciens, celle-ci étant accompagnée ou non d'une diététicienne ou encore avec ou sans support de soins suffisant, depuis 2009 la Haute Autorité de Santé à " demander une prise en charge multidisciplinaire "

Ici, à Aix-en-Provence, Mathieu Kadji, chirurgien digestif explique que " Reso 13 a justement essayé de formaliser cela autour d'un réseau constitué d'une équipe de professionnels" : 7 endocrinologues, 5 diététiciens, 1 psychologue, 3 psychiatres, 1 équipe d'anesthésistes-réanimateurs, 2 chirurgiens, un coach sportif et un conseiller en images. Bref, une plate-forme médicale qui rassemble tous les savoir-faire requis pour pouvoir traiter l'obésité sévère ou morbide. Le but étant de proposer une multitude de supports de soins afin que le patient puisse " avoir la prise en charge la plus globale possible ". Et, ce, pour avoir " un suivi spécialisé et adapté ".

Et parmi les patients qui ont poussé la porte de la clinique Axium, ce qui revient le plus souvent dans les questions posées:  c'est justement " la qualité du suivi et l'encadrement de toute l'équipe" . Car, après une intervention, qu'il s'agisse d'un sleeve gastectomie coelioscopique, d'un anneau modulable coelioscopique, d'un bypass gastrique coelioscopique ou d'un mini bypass, le patient fait l'objet d' un suivi à vie. Selon Mathieu Kadji, chirurgien digestif: " le temps moyen d'une opération c'est 6 mois de préparation où le but est de responsabiliser le patient. Pour cela, ils ont justement besoin d'une prise en charge diététique ou sportive par exemple, même si certains d'entre eux ne peuvent plus. Et, c'est d'ailleurs ce qui fait les succès d'une post-opération car  si ça va avant, ça ira après". Dynamique continue donc qui n'existait pas dans une approche réellement connectée auparavant.

Après ces opérations les patients arrivent à atteindre leur objectif: perdre 80% de leur surpoids. Certains pesant environ entre 100 kg  et 187 kg avant opération, sachant que " plus on est jeune, plus on maigrit ".  Conséquences post-opération:  perte de l'obésité, du diabète, disparition des chutes de tension et essoufflements amoindris. Et, pour les patients qui se font opérer " sur le tard",  vers 65 ans, " c'est déjà beaucoup " et pour d'autres, plus jeunes, c'est tout simplement " une nouvelle vie ".

Crédits photos: Fred Nowak Photographe – Service Communication Groupe Kapa Santé 2012