Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues. Gaby Charroux fait la lumière sur la taxe foncière

Gaby Charroux a rappelé que 40% du produit supplémentaire de la TF porte sur 72 Industriels.

1/2

Gaby Charroux a rappelé que 40% du produit supplémentaire de la TF porte sur 72 Industriels.

Le classement fiscal des villes de plus de 10 000 habitants dans les Bouches-du-Rhône.

2/2

Le classement fiscal des villes de plus de 10 000 habitants dans les Bouches-du-Rhône.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Si des lecteurs d'une certaine presse, ont pu, comme l'opposition ce soir en Conseil Municipal, s'affoler de voir Martigues figurer à la troisième place des plus fortes hausses de France, le maire leur a donné des éléments de contexte pour quelque peu les rassurer.

Tout est parti d'une décision modificative sur le budget principal, entérinant un virement d'un peu plus de 3 millions d'euros, de la section d'investissement vers celle du fonctionnement, afin d'équilibrer les dépenses prévues sur l'exercice 2022. Pour le dire plus simplement, cette année Martigues investira moins que prévu, afin de payer des factures imprévues.

En cause, les hausses des tarifs de l'électricité, du chauffage urbain, des carburants et des matières premières (+ 1,23 million d'euros) ; celles des denrées alimentaires pour la restauration collective et la petite enfance (+ 249 000 euros) ; et enfin l'augmentation des dépenses de personnel impactées par la revalorisation du point d'indice (+ 2,2 millions d'euros).

Jean-Luc Di Maria et Thierry Boissin avaient fait le même calcul ; ces 3 millions ajoutés aux 4 issus de la hausse de la Taxe Foncière font 7 millions, et la Ville n'ayant plus que ce levier fiscal à actionner, elle pourrait décider de voter une nouvelle hausse d'impôt pour les financer l'an prochain.

Une solution qu'a immédiatement exclue Gaby Charroux, rappelant que la dernière hausse de TF datait de 2017, et que contrairement à ce que laissait penser un article de presse faisant état d'une augmentation fiscale record à Martigues, la municipalité était toujours classée 24ème parmi les 31 communes du département de plus de 10 000 habitants, avec un taux de 37,68% ; loin derrière Istres (53,43%), Vitrolles (52,72%), Fos sur mer (51,55%), Port de Bouc (48,65%), Marseille (44,54%) ou Gardanne (41,98%).

Si, effectivement, de nouvelles augmentations sont à envisager l'an prochain, avec notamment celle de la base de la valeur locative, que l’État a faite progresser de 3,4% en 2022 et prévoit de revaloriser sur l'inflation en 2023, la part communale de l'impôt, elle, ne devrait pas bouger.

La majorité envisage plutôt, s'il s'avère qu'elle n'est plus en mesure de le réaliser, de réviser le programme d'investissements prévu dans le mandat en cours. « Certains projets pourraient être abandonnés ou modifiés s'ils sont trop coûteux, mais d'autres accélérés car devenus plus importants, comme ceux déjà lancés auprès de nos services pour réaliser des économies, grâce à une gestion plus responsable de notre consommation d'énergie, que ce soit au niveau de nos bâtiments publics ou de l'équipement de nos services opérationnels », a précisé le maire.

Gaby Charroux qui a enfin rappelé que 40% du produit supplémentaire de la TF 2022, soit 1,372 million d'euros, portait uniquement sur les 72 contribuables économiques que sont les Industriels ; ces derniers ayant bénéficié cette année d'une prise en charge par l’État de 50% de leur base, et de la baisse simultanée de 25 à 33% de l’impôt sur les sociétés.

« L'impôt c'est la source de dépenses pour les services publics, a-t-il poursuivi, c'est d'ailleurs à ce classement que devraient s’intéresser les journalistes, celui du taux de taxe foncière comparé au nombre de services publics exercés en régie directe par les communes. Ici ils le sont tous, de la petite enfance au funéraire, par le personnel municipal ; voilà pourquoi nous avons 2000 salariés à la Ville, ce qui est une fierté pour nous ». Le maintien de cette qualité de vie, si on devait la rapporter directement à la hausse de la TF, représente, pour près de 91% des 16 267 contribuables ménages, un surcoût annuel de moins de 200 euros.