Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues. Un 1er mai plus politique que jamais

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le 1er mai jour du muguet mais aussi des manifs pour les syndicats et partis politiques ancrés à gauche. En ligne de mire un « 3ème tour » démocratique lors des élections législatives de juin prochain.

Dimanche matin à Martigues, tout a commencé Place Jean Jaurès avec le rassemblement et les traditionnelles allocutions syndicales. Profitant de la belle fenêtre météo offrant de larges rayons de soleil, les drapeaux colorés n'en ont été que plus éclatants : CGT, FSU, ceux du PCF, de LFI, ou de la JOC, la Paix, la Palestine... sans être exhaustif.

Pour la population présente, très large majorité de militants syndicaux et politiques il faut le dire, l’heure est à la mobilisation générale au regard des résultats détestés de l'élection présidentielle. Il n'a échappé à personne que l'objectif affirmé pour les élections législatives de juin prochain, le fameux "3ème tour", est de faire basculer l'Assemblée Nationale à gauche. Françoise Cortez militante CGT : « Il faut que nous soyons encore plus soudés qu'avant, il y a des personnes qui ont voté pour un président que peut-être elles ne voulaient pas, donc c'est pour ça que nous sommes là, il faut absolument que ça change ». A l'heure où les discussions entre les partis de gauche piétinent, ou l'union n'est pas une mince affaire, Jeanne Crispu militante PCF à St-Mitre est moins optimiste : « Je veux y croire mais je pense que ce sera dur, les négociations stagnent, ça me fait peur ». Maurice Carlo, retraité martégal, n'en est pas à son premier défilé du 1er mai loin de là. Avec quelques brins de muguets à la main, il est aussi un brin fataliste: « Bien sûr qu'on espère que l'union de la gauche se fasse, c'est important, mais après c'est un 1er mai comme les autres parce que de toute façon on se bagarre tant qu'on peut dans la rue ». Pour le pouvoir d’achat, contre la retraite promise à 65ans, le démantèlement des services publics… Un point de vue guère éloigné du jeune Younès Dufresne, militant LFI venu d'Istres. Pour lui 3ème tour ou pas, ce 1er mai permet d'apprendre du passé pour se tourner vers l'avenir : « Peu importe les formations politiques, le 1er mai permet de se remémorer les anciennes luttes afin de se donner du courage pour les prochaines. On a entendu la déclaration du ministre de l'économie à propos d'un "49.3" qui ne sera pas exclu... il y aura énormément de luttes syndicales et de luttes politiques à mener, va falloir être dans les rues ! ».

A Martigues, la suite du défilé du 1er mai s'est déroulée de manière festive au théâtre de verdure avec buvette, restauration et concerts. En vidéo le reportage de Maritima Médias.