Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues: Pierre Dharréville fait son bilan "J'ai voulu être un député utile"

Martigues: Pierre Dharréville fait son bilan

1/1

Martigues: Pierre Dharréville fait son bilan "J'ai voulu être un député utile"

S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C’est à Martigues, ce matin, que Pierre Dharréville a initié une série de rencontres citoyennes afin de partager, avec ceux venus y assister, son bilan de député. Cinq ans passés entre l’hémicycle de l’Assemblée nationale et les villes qui composent la 13e circonscription. Défense du service public, industrie, reconnaissance des métiers, salaires… Durant une heure, l'élu communiste a détaillé son action auprès des Martégaux

 Pierre Dharréville s'exprime sur l'intervention militaire russe en Ukraine.
 La réforme des retraites a été abordée.

À trois mois des élections législatives (ces dernières auront lieu les 12 et 19 juin 2022), Pierre Dharréville a engagé une série de rencontres entre lui et les habitants de sa circonscription. Une circonscription qui compte les villes de Fos-sur-Mer, Istres (sud), Port-de-Bouc, Saint-Mitre les Remparts, Port-Saint-Louis du Rhône et Martigues. 

La première s'est déroulée ce samedi 26 février, à Martigues où le député communiste est aussi membre du Conseil municipal, dans la salle Raoul Dufy de la Maison du tourisme. Dans le public, on pouvait compter de nombreux élus, dont le maire Gaby Charroux, qui fut son prédécesseur : "Aujourd'hui, c'est le bilan de mandat. Un mandat, c'est long et en même temps ça passe vite. On souhaite qu'il y en ait un deuxième qui suive. On se mobilisera pour ça, pour une continuité pour notre territoire et les valeurs que nous portons. Ce bilan est très riche. Il porte les ambitions d'un territoire."

En introduction, Pierre Dharréville a tenu à placer cette rencontre citoyenne sous le signe de la paix, en référence à la situation ukrainienne en citant quelques phrases de jacques Prévert: "Barbara, quelle connerie la guerre..."- "Aujourd'hui, nous sommes dans l'urgence et l'inquiétude. Nous sommes déjà dans la peine, mais nous ne serons jamais dans la résignation. Nous condamnons la guerre menée par Vladimir Poutine en Ukraine et nous demandons le cessez-le-feu immédiat. Nous appelons de nos vœux à une grande réunion, une conférence pour la paix et la sécurité en Europe. Ne laissons pas alimenter le feu. Ce feu qui s'est déclenché et qu'il faut éteindre."  

En cinq années de mandature, Pierre Dharréville a réalisé plus de 5000 interventions en commission des affaires sociales et en séances publiques, à l'Assemblée nationale. Il a posé 135 questions au gouvernement, a été à l'initiative de 34 propositions de loi et résolutions, cosignataire de 134 propositions de loi et auteur de plus de 400 courriers d'interpellation des pouvoirs publics tant pour des situations individuelles que collectives.

Il a notamment participé à la commission d'enquête sur la gestion de la crise sanitaire: " J'ai regretté profondément que le gouvernement ne cherche pas à s'appuyer sur la force et les ressources de la société. Qu'il soit dans une posture verticale, d'autorité, d'ordre public tout au long de la gestion de cette crise. je n'ai pas soutenu les différents recours à l'état d'urgence parce que je pensais qu'on devait continuer à faire vivre la démocratie. J'ai formulé des propositions, participé à cette commission et j'ai pu mesurer l'affaiblissement profond de l'État dans sa capacité à répondre." Durant cette période, le député a déposé une proposition de loi pour la création d'un pôle public du médicament: "On est rattrapé par le réel, on a besoin d'une force et d'une stratégie publique en la matière. On ne peut pas simplement s'en remettre aux big pharma."

L'élu a abordé la formation professionnelle, l'une de ses "grandes batailles", a dénoncé sa marchandisation, et appelle à une vraie qualité de formation: "Qu'on ne forme pas seulement à la tâche, à la compétence mais à des métiers avec la reconnaissance qui va avec. Cette reconnaissance, on en a beaucoup parlé pendant la crise. Il y a beaucoup à faire. Ce serait une belle manière de lutter pour l'égalité hommes-femmes, car beaucoup de ces métiers non reconnus sont occupés par des femmes." Le député a rappelé son combat, et son soutien aux salariés, face au grand plan de fermeture des centres AFPA, notamment celui d'Istres. "J'ai essayé de rendre mon mandat utile à la défense du service public."

 La réforme des retraites a été abordée: "La grande bataille des retraites, c'est une grande victoire d'avoir fait échouer le gouvernement dans ce grand projet. Certains disent que c'est à cause du Covid. Je peux vous dire que s'il n'y avait eu les grandes manifestations et la bataille parlementaire que nous avons menée de manière déterminée à l'Assemblée nationale, de sorte qu'il soit obligée de sortir le 49.3 et bien cette réforme des retraites serait déjà en route." 

Pierre Dharréville a soulevé, régulièrement, ces cinq dernières années, le problème de la pollution atmosphérique, demandant à l'État de prendre ses responsabilités, de réaliser des études, des enquêtes biologiques et environnementales: "demander des moyens, de la recherche, demander des investissements sur les industries de la zone."-" Nous devons aussi modifier nos modes de transports et avoir un réseau ferroviaire digne de ce nom, sur notre territoire. Je suis allé voir le ministre des transports récemment pour lui demander que la ligne de la Côte bleue soit une ligne de vie et pas qu'une ligne touristique."

"Je me suis battu pour les salaires et le pouvoir d'achat. Je pense que c'est une bataille décisive et essentielle. L'inflation galope et on peut craindre que ça ne s'arrange pas par les temps qui courent. Des propositions ont été mises sur la table pour l'augmentation du Smic avec la mise en place d'accompagnement pour les PME. L'augmentation de salaire, ça ne peut pas être la suppression de la part du salaire qui relève des cotisations et qui permet de financer la sécurité sociale, la retraite... Ce n'est pas possible, cela voudrait dire que c'est du chacun pour soi et qu'on supprime la solidarité."

Pierre Dharréville a terminé cette séance avec des remerciements: "Voilà mon bilan. Vous y avez votre part. Tout le meilleur, nous l'avons fait ensemble. J'ai voulu être le député de l'humain. Vous savez maintenant ce que j'ai fait de ce mandat, de la confiance qui m'a été faite et de la force qui m'a été donnée." Il poursuivra ses rencontres citoyennes à Fos-sur-Mer, ce lundi 28 février, à 18 h, à la salle Hertsoen. Le 1er mars à Port-de-Bouc, à 18 h, salle Gagarine. Le 3 mars, à Port-Saint-Louis du Rhône, à 18 h, salle Marcel Pagnol, et le 5 mars, à Istres, à 10 h 30, dans la salle du Prépaou.