Temps forts

Vœux à Marignane : le grand projet du centre ancien

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'est dans une Halle du Carestier bien remplie qu'Eric Le Dissès, maire de Marignane, a adressé ses vœux à la population. Dans l'assistance, plusieurs maires des communes voisines ainsi que la présence du sénateur marseillais Les Républicains Bruno Gilles

Dans son discours, le premier édile a détaillé le bilan de l'année 2016 ainsi que les grands projets pour l'année qui vient et a tenu par ailleurs un discours très dur en matière de sécurité et d'immigration

Et d'abord pour l'année 2016, Eric Le Dissès est revenu sur les attentats terroristes, considérant que le drapeau français avait été mis à mal :
"Voilà la raison pour laquelle j’ai décidé, en 2016, d’enlever l’ensemble des drapeaux étrangers d’un rond-point du 8 mai 45 pour n’en laisser qu’un seul mais pas n’importe lequel… notre drapeau national"

- La renégociation des prêts toxiques :
"Depuis 2008, la ville a vu les taux d’intérêts des emprunts toxiques contractés par l’équipe précédente s’envoler. Ainsi juste pour 2016, les remboursements, initialement prévus à 80 000 euros ont fait un bond à 730 000 euros.
Nous ne pouvions plus continuer avec cette épée de Damoclès sur la tête.

Après de nombreuses négociations et une action en justice, nous avons réussi à souscrire au fond de soutien mis en place par l’Etat. (...) Aujourd’hui ces deux emprunts représentant 6 millions d’euros sont sécurisés.
Une négociation qui nous permet d’obtenir une aide de 60% sur le remboursement de la pénalité."

Au sujet de la visite de la Chambre Régionale des Comptes :
"Après leur passage, nous voilà plus que rassurés, j’aurais aimé vous en donner les détails mais toute divulgation du contenu est strictement interdite jusqu’à la date de communication légale.

Entre 2006 et cette année 2017, nous sommes passés de 43 millions 600 000 euros à 21millions 450 000 euros. 22 Millions 200 000 euros de réduction de dette (...) Et il n’y a pas eu d’augmentation des impôts communaux depuis que je suis maire.
Enfin, pour clore ce tableau financier, nous avons achevé l’année avec un excédent de 1 million 440 000 euros que nous consacrerons aux futurs projets."

Quant aux travaux réalisés en 2016 :
"Ce sont plus de trois millions 400 000 d’euros qui ont été investis pour vous dans la commune

Parmi les plus importants : la livraison de la « Maison de l’industrie, des métiers et de l’emploi ».
La chapelle Notre Dame à la colline a été entièrement refaite
L’église saint Nicolas elle aussi refait peau neuve grâce au financement de la commune puisque c’est un monument historique.
Nous avons réalisé la réfection des voirie comme le Bd Clémenceau, rue des Anciens Vergers, chemin de Saint Pierre, Alexis de Tocqueville, les abords de Maréchal Juin, l’aménagement rue Victoire de la Marne ,la route du Jaï et l’avenue Salan par exemple.
Comme promis, nous avons climatisé la première partie des écoles maternelles de la commune, la suite en 2017…
Petite enfance encore, avec l’aménagement des cours de trois crèches et du jardin d’enfants et de plusieurs écoles.

Réhabilitation de trois offices de restauration scolaire.

Nous avons également engagé la rénovation de notre conservatoire de musique, après avoir terminé le conservatoire de danse.
Dans le même temps, la clinique de Marignane obtenait la note excellence par l’ARS et les locaux de la sécurité sociale rouvraient au public avec une magnifique transformation.
2016 c’est également la réhabilitation de l’immeuble saint Laurent, dans lequel j’ai souhaité regrouper les services enfance, petite enfance, éducation, sports et loisirs, libérant ainsi l’immeuble rue Barrelet.
Rénovation encore de la piscine la Pausa, des vestiaires du stade du Bolmon,
Création à la Chaume d’une aire de jeux pour les petits du quartier.
Les travaux de réfection du parquet du gymnase Saint Pierre cher aux handballeurs sont sur le point de démarrer.
Au Jai, un nouveau poste de secours vous accueillera pour l’été prochain ainsi que de nouveaux terrains de sports libres d’accès seront déployés sur le sable, tel que du beach volley.

Le parc 3 du Bolmon est maintenant refait, permettant au tout nouveau club « Marignane-Gignac football » d’avoir 8 stades à disposition pour 840 adhérents.

Les travaux prévus en 2017 :

"Nous continuerons à préparer l’avenue Lacanau en vue de sa réhabilitation. La Métropole changera 1km100 de canalisation d’adduction d’eau.

Réhabilitations d’une partie de l’avenue de Figuèras, de Noguès, de la rue Guillaumet, de la place du 11 Novembre, des trottoirs de l’avenue Mermoz, de l’avenue de l’Europe, entre autres.
Le démarrage des travaux de la future rocade qui débutera par un rond-point devant les pistes de l’aéroport pour se terminer par un autre rond-point route de la plage est également prévu cette année.
A cette nouvelle voie sera accolée une piste cyclable, qui rejoindra Airbus Helicopter d’un côté et la toute nouvelle piste cyclable qui mène au Jaï

Dans le cadre de la ville numérique, nous lancerons, sur le site inernet l’espace « Prémium » qui permettra d’effectuer toutes ses démarches administratives par le net."

Pour 2017 « Marseille capitale européenne du sport » :

"Marignane plage prendra ses quartiers d’été dans une piscine nouvellement habillée pour la circonstance, la piscine des Canetons.
Cette année la plage du Jaï a obtenu le Pavillon Bleu, Marignane devenant la première ville de l’histoire de l’étang de Berre à obtenir cette distinction qui est décernée par l’Europe.
Restons au Jaï, avec la poursuite cette année de l’étude du futur parcours longeant la plage du Jaï et passant par l’ancienne décharge qui sera, elle aussi, réhabilitée peu à peu en espace vert méditerranéen.
"

La transformation de la décharge de l’Estéou en base des sports et des loisirs :

"Une réalisation qui allie le sport avec le plus grand skate parc d’Europe, le futur spot d’escalade et de canoé, le parcours de santé et chemins de balade, la culture avec le théâtre de verdure, les loisirs avec les jeux pour enfants et ados, et l’environnement avec la plantation de 400 arbres qui se sont additionnés aux trois seuls existants que nous avons gardés. Sans compter les 3800 plantes et arbustes qui agrémentent désormais l’espace.
L’ensemble de cette base de loisirs a couté 6 millions 600 000 d’euros entièrement financé par l’ex Communauté Urbaine.
"

La sécurité :
Cette année, nous aurons 40 nouvelles caméras de vidéo protection et chaque année, il y en aura d’autres qui seront déployées.

Dans le même domaine, le projet de jumelage des commissariats de Police de Vitrolles avec le nôtre est très risqué pour nous. En tout cas, sachez que je m’y oppose.
Au niveau local, j’ai décidé, cette année, d’équiper la police municipale de plusieurs radars électroniques avec envoi automatique de l’infraction, ce qui élimine toute possibilité de discussion et d’effectuer des contrôles, tous les jours, en divers endroits de la commune
.

Le chantier du centre ancien :

"Si je pouvais raser la quasi intégralité de la zone, je le ferai et je l’aurais déjà fait sans aucun état d’âme. Malheureusement, nous devons obtenir les accords des services de l’état (...) Nous allons devoir garder des îlots entiers en les réhabilitant.
Quelques futures réalisations, comme la rue Victor Hugo, la démolition de la partie haute de la rue Esmieu / Jaurés, à la sortie de l’église. Encore un espace de verdure qui viendra aérer ce lieu qui exaspère bon nombre de Marignanais qui s’aventurent par là. Autre projet à l’étude c’est la fameuse place de l’olivier ou de l’horloge qui se situe face au musée Raimu.Dans ce projet, l’intégration de la future maison des arts qui rassemblera danse et musique dans le centre ancien.
Le jardin Frédéric Mistral, verra le jour avenue du même nom, situé entre le Musée Raimu et la Cadière, il donnera une nouvelle image d’entrée de ville.

Plutôt que le mot requalification j’ai toujours préféré le mot « reconquête ».

Pour cela, je ne peux pas accepter et n’accepterais jamais tout ce qui se passe sur la place Camille Desmoulins. J’ai donc décidé d’y installer 3 caméras de vidéo protection supplémentaires, de délimiter les terrasses des bars et autres snacks par des séparations arborées (...) J’ai pris la décision de transférer le poste de police municipale en lieu et place de la maison du combattant, place Camille Desmoulins et cela dès cette année.
Dans le même temps, les anciens combattants quitteront la maison du combattant, pour la laisser à la police municipale et rejoindront, en 2017, leur nouveau local, la maison de la France et du Combattant qui verra le jour sur une place avenue Ros et Romano, deux résistants marignanais qui ont donné leur vie pour leur pays. Une maison qui regroupera l’ensemble des associations patriotiques de la ville.
Nous démolirons l’ancien poste de police municipale devenu obsolète et, par la suite, nous agrandirons le jardin public Salvador Dali jusqu’à l’école de musique et nous y installerons, naturellement, un kiosque à musique."

La fermeture de la mosquée :
"Les altercations qui ont opposé turcs et kurdes à la sortie de la mosquée, qui ont terni l’image de Marignane. Comment, le Maire que je suis, pouvait accepter qu’un conflit né dans un pays étranger puisse trouver une continuité ici dans ma ville (...) J’ai donc pris la décision, une première en France, de faire procéder à la fermeture de la mosquée. Et pour que cette situation de calme et de sérénité soit pérenne, j’ai annoncé aux deux partis, que j’achèterai, en 2017, ce bâtiment."


Les logements sociaux :
"Il y aura 400 logement en 5 ans, ce qui est raisonnable, par rapport aux 1019 imposés par l’état et si c’est pour des Marignanais pas de problème, si c’est pour soulager Marseille d’une partie de ses indésirables, c’est tout naturellement non !"

Une violente critique du Zénibus :
Cette "trouvaille de technocrates qui paralyse les villes, qui augmente la pollution, qui multiplie les temps d’attente par 2 ou 3 et qui stresse les automobilistes.
Alors deux choses sur ce sujet :

Les maires n’ont pas donné leur avis et il faut impérativement mettre les feux clignotants sauf à l’arrivée des bus.C’est contre-productif et dangereux car j’ai vu un nombre important de chauffeurs passer au rouge au risque de tuer.
S’il vous plait, arrêtez le zénibus.
"

Au sujet des impôts :
"Je veux confirmer l’ensemble de mes propos sur les finances en vous annonçant que pour la 9e année consécutive, les taux d’imposition communaux n’augmenteront pas."

Quant à un éventuel destin national :
"Certains ont souhaité me voir candidat aux élections législatives pour devenir le premier député Marignanais, après Mirabeau. Merci beaucoup cela me touche et m’honore.

Merci aux maires qui ont proposé de me soutenir mais j’aime trop ma ville pour pouvoir l’abandonner trois jours par semaine pour la capitale (...) je ne serai donc pas député"

En vidéo, Eric Le Dissès, maire de Marignane, revient sur quelques thématiques de bilan et de projets