Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues : à fond la forme grâce au CIS

  • Loisirs
  • 22/02/2021 à 16h35
  • 01:32
Martigues : à fond la forme grâce au CIS

1/1

Martigues : à fond la forme grâce au CIS

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Covid-19 et activités sportives ne font pas forcément bon ménage. Mais à Martigues, on lutte contre la sédentarité imposée par la crise sanitaire, grâce aux Centres d'Initiation Sportive (CIS). Exemple, samedi dernier au lycée Jean Lurçat.

 Sarah et Inès étudiantes en droit
 Jonathan Palun

Pas toujours facile de concilier activités sportives et pandémie. Entre les confinements et le couvre feu, les sportifs ne sont pas à la fête ces derniers mois. Pourtant à Martigues, le sport reste essentiel. La preuve avec les centres d'initiation sportive. Ce programme, bien connu des Martégaux, permet des moments d'aération bienvenus.

Samedi, c'était cours de step au lycée Jean Lurçat. Un vrai bol d'air pour les 3 filles présentes. Sarah et Inès en profitent pleinement "Physiquement, c'est important pour nous de sortir de la maison !" s'exclame Inès étudiante en droit. Un réel besoin d'autant que la sédentarité commence à être problématique. Sarah, son amie, elle aussi étudiante en droit dessine les contours d'un quotidien morne : "On est toujours en visio. On ne fait plus de sport... Avec le couvre-feu ce n'est pas possible. On finit les cours à 18h donc après on ne peut plus sortir..." souffle t-elle. 

Le cours du jour apparait alors comme un remède. 1 heure de musiques entrainantes, de sport et de joie de vivre tout simplement. Le chef d'orchestre de cette bouffée d'air c'est Jonathan Palun : "Le fait de mettre un créneau en journée ou en matinée, ça leur permet de pouvoir décompresser au début du week-end". Ces derniers mois, l'intervenant sportif de la ville a bien ressenti ce "besoin de s'oxygéner". 

Une ombre au tableau tout même, si les activités de plein air peuvent se tenir normalement, celles en intérieur sont toujours suspendues jusqu'à nouvel ordre. 

Retrouvez ci dessus en vidéo les réaction d'Inès, Sarah et de Jonathan Palun. 

(Texte d'Hadrien Barrau et images d'Ulrich Téchené)