Temps forts

Martigues: wingfoil, une première édition réussie!

  • Loisirs
  • 25/10/2020 à 18h00
  • 01:55
S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le front de mer, à Carro, sur la Côte bleue, a accueilli une nouvelle compétition, le Carro Wingfoil Classic. Une centaine de riders y ont participé. La manifestation avait aussi pour objectif de faire découvrir, au public, cette nouvelle discipline

Aujourd'hui s'est terminée la première compétition de wingfoil organisée sur la Côte bleue. C'est sur le fameux spot de Carro que s'est déroulé, deux jours durant, le Carro Wingfoil Classic. Le wingfoil est le petit dernier né du monde des sports de glisse. Tout droit venu d'Hawaï, il se situe entre le kitesurf et le winfsurf. Il est composé d'une wing, une voile tenue avec les mains via un wishbone et d'une planche de foil maintenue hors de l'eau par un mât et deux ailes. Le but de ce sport n'est pas forcément d'aller vite (même si on peut aller jusqu'à dix, voire douze nœuds) mais plutôt d'apprécier la sensation incroyable de voler sur l'eau.

Beaucoup d'adeptes de sports aquatiques de glisse se sont laissés tenter par cette aventure et n'ont pas hésité à participer à cette première édition, quitte à faire un bon paquet de kilomètres : « Il y a des gens qui arrivent de Guadeloupe, de Vendée, de Biarritz, de Bretagne et bien-sûr du pourtour méditerranéen, énumère satisfait Raphaël Filippi, l'organisateur et lui même rider. On peut s'initier vers dix, onze ans. Là, il y a des compétiteurs qui ont douze ans. Il y en a pour tous les âges. On peut faire du wingfoil jusqu'à soixante-dix ans! »

Le Carro Wingfoil Classic proposait deux types de compétition. Des parcours de slalom. Le premier qui arrive à gagner! Il y avait aussi du free style avec des sauts et des manœuvres. L’événement promettait aussi des initiations au public, des démonstrations et des essais de matériels grâce à la présence de nombreux exposants. Le tout en musique avec l'intervention très appréciée d'un disc jockey. La manifestation est amenée à se répéter l'année prochaine selon l'organisateur. D'ici là, Raphaël Filippi espère bien que cette nouvelle discipline soit adoptée par la Fédération française de voile : « On va essayer d'en faire un événement récurrent, on aimerait que cela s'inscrive dans un vrai calendrier. A cette même période de l'année. Si tout se passe bien et que la municipalité martégale continue de nous soutenir, il y aura une deuxième édition ! »