Temps forts

EN DIRECT - Pape Diouf dans les locaux de Maritima Médias

  • LIVE
  • 19/03/2013 à 15h04
  • 04:54
Pape Diouf dans les locaux de Maritima pour présenter

1/1

Pape Diouf dans les locaux de Maritima pour présenter "C'est bien plus qu'un jeu".

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Pape Diouf, président de l’Olympique de Marseille entre 2005 et 2009, vient de publier "C'est bien plus qu'un jeu" aux éditions Grasset. Il y évoque son parcours professionnel, de ses débuts de journaliste à son départ de l'OM.

Pape Diouf vient de s'installer dans les studios de Maritima Radio, il est accompagné de Karim Attab, notre spécialiste de l'Olympique de Marseille, qui va l'interviewer durant une heure. Les meilleurs morceaux en direct sur cette page (rafraîchissez-la régulièrement). Écoutez aussi cette interview en direct sur les 93.6, 87.9 et 93.8 à Aix-en-Provence.


Maritima : Votre livre parle de votre jeunesse, de votre enfance, au Sénégal, c'est une histoire touchante...

Pape Diouf : Vous savez, c'est un peu traditionnel chez nous, un enfant ne reste pas mécaniquement avec ses parents, on le confie souvent à une autre personne. Moi, j'ai du aller chez mon oncle, pendant trois ou quatre ans, à l'âge de 6 ans. Ce n'était pas facile, j'étais dans un village, il n'y avait pas d'eau ni d'électricité, cela changeait de Dakar.



Maritima : Ensuite, il y a votre retour dans votre famille, c'est à partir de là que tout commence  ?

Pape Diouf : Même si moi j'étais de confession musulmane, mon père m'a inscrit dans une école catholique, donc très tôt j'ai été l'enfant des contraires, je n'ai jamais expérimenté l'absolu. J'ai su a chaque fois m'adapter. Il y avait une sorte de synthèse qu'il fallait ingurgiter très tôt, et cela m'a aidé par la suite.



Maritima : Puis vous avez connu Marseille après l'école militaire, votre livre recense quelques anecdotes à ce sujet...

Pape Diouf : J'ai été livré à moi-même après l'armée, en exerçant des petits métiers. Avant de partir, mon père m'avait acheté un costume gris, qui ne correspondait pas aux normes de l'époque car il était très épais et très lourd. Je m'étais dit qu'une fois arrivé en France je m'en séparerais parce qu'il ne me plaisais pas. Mais finalement je ne l'ai pas quitté car il faisait très froid quand je suis arrivé à Marseille.



Maritima. Une question d'un internaute : comment l'OM est descendu aussi bas dans le coeur des marseillais ?

Pape Diouf :  Je pense qu'il en faut pas exagérer, on ne peut pas dire que l'OM est tombé très bas. il y a beaucoup moins de passion autour du club aujourd'hui, les facteurs qui l'expliquent sont nombreux. L'équipe reste désormais sur le podium, ce qui est l'objectif majeur du club. L'OM doit jouer le podium à chaque saison. C'est vrai qu'en regardant le PSG, on peut penser que nous sommes pauvres, mais ce n'est pas le cas, il faut juste que le club retrouve autour du stade passion et enthousiasme.



Maritima : vous êtes le président de l'OM le plus dans le coeur des supporters, comment vous l'expliquez ?


Pape Diouf : Je crois que les supporters de Marseille ont vu dans mon action celle de quelqu'un qui s'est donné corps et âme. J'ai été supporter, je suis resté supporter en étant président, et je le suis toujours, je continue d'ailleurs d'aller au stade. Cette estime vient du fait que les gens ont compris que j'ai toujours été là, et en première ligne pour défendre les intérêts du club. C'est cela qui reste fondamental.



Maritima : C'est cette passion du sport, dans votre jeunesse, qui vous amené vers le journalisme...

Pape Diouf : J'ai commencé en tant que pigiste au sport amateur, j'ai intégré plein de services différents pour devenir finalement le titulaire de la rubrique OM pour La Marseillaise.



Maritima : Vous êtes ensuite devenu agent de joueur, avec notamment deux grands coups d'éclat, Marcel Desailly et Didier Drogba.

Pape Diouf : Quand j'ai repéré Drogba, il était au Mans, avant d'intégrer le club de Guingamp. Je l'ai ensuite fait venir à Marseille. Pour Desailly, quand il est allé au Milan, il remplaçait un dinosaure, et quand il est arrivé là-bas, il y avait plus de 50 journalistes, il a ensuite réussi à s'imposer là-bas.



Maritima : Ensuite vous êtes arrivé à l'OM.

Pape Diouf : L'année où j'arrive, c'est celle ou Drogba quitte Marseille, c'était un coup dur. Il se réjouissait d'ailleurs que je vienne à l'OM pour que nous puissions apporter chacun notre maximum au club. mais l'OM avait une proposition financière très importante, et il est parti. J'ai failli ne pas rester à l'OM à cause de ce départ.



Maritima : Quelles ont été vos relations avec Robert Louis-Dreyfus ?

Pape Diouf : Elles ont toujours été cordiales, il suffisait que l'on se parle pour que les problèmes s'arrangent, lors de notre dernière entrevue, je ne pensais pas qu'il soit adéquat de lui parler du club, car je savais qu'il allait nous quitter, je ne voulais pas le perturber avec des histoires liées à l'OM.


Maritima : Que retenez-vous de votre passage à l'OM ?

Pape Diouf : Ce que je retiens, c'est l'amitié et la sympathie que m'expriment les gens au quotidien. Le fait que je sois resté comme un président les plus aimé, c'est une satisfaction qui n'a pas de prix. je m'en rends compte chaque jour dans les endroits publics. Il y a toujours trois personnes qui viennent me voir pour me remercier de la passion qui régnait autour du club lorsque j'étais président.



Fin de l'interview. Ne ratez pas la Revue spéciale consacrée à Pape Diouf prochainement sur Maritima TV.