Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Législatives : le député LREM Jean-Marc Zulesi repart en campagne

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'est à Saint-Chamas que cet enfant du pays a décidé d'annoncer sa candidature aux législatives de juin prochain, toujours dans cette 8e circonscription des Bouches-du-Rhône où il avait déjà été élu en 2017.

Il s'était à l'époque imposé contre le candidat du Front National avec 58,68% des voix.
On le rappelle, depuis 2012, la 8e circonscription, située désormais au Nord de l'étang de Berre, regroupe les cantons de Salon-de-Provence 2, Berre-l'Etang et Pélissanne et compte environ 130 000 habitants.

Ingénieur en génie mécanique, Jean-Marc Zulesi démarre sa carrière chez un sous-traitant d'Airbus Helicopter avant de s'engager pendant trois ans comme chef de projet dans une entreprise qui fabrique des matériaux de radioprotection à Lamanon.
Une carrière professionnelle qu'il met entre parenthèse en se lançant dans la campagne du candidat Macron dès 2016. 

Le chef d'entreprise Philippe Véran - son fidèle binôme et suppléant dans la législature qui s'achève - replonge à ses côtés dans cette nouvelle aventure. 
En cinq années de "couple" en politique, les deux hommes l'assurent, jamais la moindre "engueulade" n'a émaillé leur parcours commun.
De générations et de sensibilités politiques différentes (le député se situe plutôt au centre-gauche, son suppléant, plutôt à droite), ce sont vraisemblablement ces contrastes qui assurent leur complémentarité.

Et pour démarrer sa campagne, le - très - jeune député, 33 ans, s'appuie sur son bilan :
les 78 millions d'euros obtenus de l'Etat pour la reconstruction du nouvel hôpital du Pays salonais, un dossier défendu avec pugnacité par le parlementaire et dont l'arbitrage était remonté jusqu'à l'Elysée ;
également l'amélioration de la sécurité publique dans la circonscription (effectifs supplémentaires obtenus pour le commissariat de Salon-de-Provence et pour certains escadrons de gendarmerie ainsi que des renouvellements de véhicules).
Autre combat d'importance, celui pour la réhabilitation de l'étang de Berre aux côtés du Gipreb (présidé par Didier Khelfa, maire de Saint-Chamas et l'un de ses soutiens à l'occasion de cette campagne des législatives) et en collaboration avec les deux autres "députés de l'Etang", le communiste Pierre Dharréville et le Républicain Eric Diard auxquels il n'a pas manqué de rendre un vibrant hommage.

Celui qui se revendique petit-fils de cheminot insiste aussi sur le travail effectué en collaboration avec Frédéric Vigouroux, le maire de Miramas, et qui a permis d'obtenir de l'Etat, en 2021, 20 millions d'euros affectés à la régénération de la gare de triage. 
Objectif évident, booster le fret ferroviaire afin de désengorger la route d'une partie du trafic poids-lourds, un trafic dont l'ampleur autour de l'étang est facteur de nuisances multiples. Dossier qui s'inscrit dans son engagement, reconnu à l'Assemblée, contre le dérèglement climatique.

S'il est élu, sa priorité sera de poursuivre l'amélioration du transport mais cette fois des personnes.
Si cette compétence relève de la Métropole, le candidat Zulesi souhaite néanmoins assurer ce qu'il appelle "le service après-vote", soit peser dans les débats afin que le milliard versé par l'Etat à la métropole en vue de l'amélioration de la mobilité profite à ce territoire, notamment sous la forme d'un RER métropolitain. 
Le candidat affirme être soutenu par une majorité des maires de sa circonscription.