Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Fos-sur-Mer : Un nouvel incident technique chez ArcelorMittal

Un incident du même type a eu lieu il y a un an

1/1

Un incident du même type a eu lieu il y a un an

R. Khayat R. Khayat
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

L'incident s'est déroulé à 3h15 du matin, dans la nuit de mardi à mercredi. La raison évoquée est toujours la même : un problème électrique a conduit à la mise en sécurité des installations, et libéré les gaz de la cokerie dans l'atmosphère.

2022 avait pourtant bien commencé pour ArcelorMittal. Après une année 2021 marquée par cinq incidents majeurs (le 11 mars, les 6 et 11 août, le 12 septembre et le 26 novembre), provoquant à chaque fois une libération impressionnante de gaz dans l'atmosphère, la situation était doucement revenue à la normale. 

Mauvais timing

C'est donc dans la nuit de mardi à mercredi qu'un nouveau panache de fumée jaune s'est dégagé du complexe. Un mauvais timing pour l'industriel, qui devait participer le lendemain à une réunion bilan du dispositif Réponses, centré sur la dépollution du pourtour de l'étang de Berre. 

Interrogé, le président d'ArcelorMittal Méditerranée, Bruno Ribo, a rappelé qu'un investissement était toujours en cours pour sécuriser les fours de la Cokerie : il devrait permettre, d'ici le mois de septembre, l'allumage automatique des 28 chandelles de l'usine en cas d'incident. Des chandelles qui ont pour mission de brûler les gaz plutôt que de les libérer dans l'atmosphère.

"Ça ne sert à rien"

Contacté par la rédaction de Maritima, Daniel Moutet dénonce un investissement qui ne va pas dans la bonne direction: "Au lieu d'éviter les incidents, ils capitalisent sur les chandelles… Ce sera juste "moins pire" pour l'atmosphère." Le président de l'association de défense et de protection du littoral du Golfe de Fos (ADPLGF) n'était pas présent au bilan du dispositif Réponses mercredi soir : "Réponses ? Je n'y vais plus, ça ne sert à rien", nous a-t-il confié avant de raccrocher. 

Pour rappel, ArcelorMittal, Esso et les Dépôts Pétroliers de Fos ont tous les trois été assignés en justice début février par un collectif de riverains, pour "pollution et trouble anormal du voisinage". Un premier délibéré est attendu le 7 avril prochain.