Temps forts

Martigues : TAFTA ? C'est quoi ?

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'est la question que la plupart d'entre nous ne se posent pas mais à laquelle les membres d'un collectif ont décidé de répondre...

Ce dimanche matin aux abords du marché de Jonquières, ils étaient une dizaine du collectif Stop GMT de Martigues, renforcé par leurs camarades de Gardanne, à tenter d'informer la population sur les dangers du grand marché transatlantique en train de se créer sans faire de remous.

Négocié depuis le mois de juillet 2013, TAFTA, l'accord commercial trans-atlantique (ou Trans-Atlantic Free Trade Agreement) est un projet d'accord commercial entre l'Union européenne et les États-Unis. Il concerne des domaines aussi variés que l'accès aux médicaments, la sécurité alimentaire ou le règlement des différents privés-publics. Les négociations, menées par un petit groupe de fonctionnaires non élus, sont censées durer au moins jusqu'à fin 2014. Et c'est l'opacité autour de la conclusion de ce traité qui inquiète notamment les membres de Stop GMT (pour Grand marché transatlantique, la version française de TAFTA). Ces derniers craignent que ce traité de libre-échange soit un prétexte pour déréglementer tout ce qui protège les citoyens que ce soit dans les domaines du droit du travail, des droits du consommateur, de la protection de l'environnement, de la santé publique (notamment dans le secteur de l'alimentaire), des taxes et impôts mais aussi de s'en prendre aux services publics afin, à terme, de procéder à leur démantèlement. Bref, de s'attaquer à tous les obstacles qui viendraient entraver la liberté d'investir. Et ce, à l'insu des parlements et surtout des peuples. C'est la raison pour laquelle le collectif Stop GMT Ouest Etang de Berre exige la consultation de la population par referendum



Pour contacter le collectif, une adresse mail : stop.gmt@ouestetang.fr

et pour signer la pétition en ligne : https://www.collectifstoptafta.org




En vidéo, des passants interrogés avouent ignorer l'existence de ce traité et a fortiori son contenu, explications donc de deux militants du collectif Bernard VIGNAL et Jean-Pierre BARBAT



(images et interviews : Michel Montagne / Maritima medias)