Temps forts

Crash A320. Les pompiers du SDIS 13 participent aux opérations

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

1/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

2/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

3/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

4/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

5/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

6/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

7/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

8/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

9/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

10/10

Le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux est sur place.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Un Airbus A320 de la compagnie allemande Lufthansa s'est écrasé ce matin dans les Alpes de Haute-Provence, aucune des 148 personnes à bord n'ayant survécu. 80 sapeurs-pompiers et 15 engins du département sont mobilisés.

"Il n'y a aucun survivant", a affirmé Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, précisant qu'un "appel de détresse a été enregistré à 10H47. "Le signal de détresse montrait que l'avion était à 5.000 pieds (environ 1.500 mètres), dans une situation anormale. Il s'est écrasé dans le massif de l'Estrop (qui culmine à près de 3.000 mètres). C'est une zone enneigée, inaccessible par des véhicules, mais qui a pu être survolée par des hélicoptères", a précisé le secrétaire d'Etat.

L'appareil de Germanwings assurait une liaison Barcelone-Düsseldorf et transportait 148 personnes dont six membres d'équipage, selon la direction de l'aviation civile. "Les conditions de l'accident laissent penser qu'il n'y aurait aucun survivant", avait déclaré un peu plus tôt François Hollande.

Le président a téléphoné à la chancelière allemande Angela Merkel pour lui exprimer son "soutien" et devait s'entretenir avec le roi d'Espagne Felipe VI, attendu mardi en visite à Paris. "Les conditions météo n'étaient pas spécialement mauvaises", a précisé Alain Vidalies, en indiquant n'avoir pas plus de précisions sur la nationalité des victimes.

Des débris ont été retrouvés près de Barcelonnette, a indiqué le ministère de l'Intérieur et le ministre, Bernard Cazeneuve, se rendait sur place pour coordonner les secours.

"J'ai entendu un énorme, énorme bruit"
Manuel Valls a indiqué avoir activé la "cellule interministérielle de crise". "Tout est fait pour se rendre sur place, comprendre ce qui s'est passé et pouvoir accueillir les familles des victimes dans les meilleures conditions", a souligné le Premier ministre.

D'importants moyens de secours ont été engagés immédiatement, sapeurs-pompiers, gendarmerie, Samu, équipes médicales et moyens militaires, a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

En plus des secours locaux, trois colonnes de pompiers partent des départements voisins (80 personnes par colonne) et trois escadrons de gendarmerie mobile sont engagés (70 par escadron), selon l'Intérieur.

L'appareil s'est écrasé sur la commune de Méolans-Revel, selon Matignon, à la hauteur du massif des "Trois Evêchés".

Eric, restaurateur à Allos, localité située un peu plus au sud dans le massif, a raconté qu'il était en train de skier dans la zone quand il a entendu le bruit du crash. "Tout d'un coup j'ai entendu un énorme, énorme bruit. Les gendarmes m'ont dit qu'il y a eu un crash d'avion. Il y a pas mal d'avions qui passent par là".

Le groupe Airbus a indiqué n'avoir "aucune information" dans l'immédiat sur les circonstances de la catastrophe et avoir "ouvert une cellule de crise". Les titres du groupe Airbus comme de Lufthansa étaient en forte baisse après l'annonce du crash.

"Nous ignorons ce qui est arrivé au vol 4U 9525. Ma profonde compassion va aux familles et amis de nos passagers et équipage (...) Si nos craintes se confirment, c'est un jour sombre pour Lufthansa. Nous espérons trouver des survivants", a tweeté le PDG de Lufthansa.

Les sapeurs-pompiers du SDIS 13 et les marins-pompiers sur place
Une colonne de sapeurs-pompiers a quitté le département peur après 14h pour participer aux opérations. Ces sapeurs spécialisés dans l'intervention en milieu périlleux (GRIMP) se sont d'abord rassemblés dans les casernes d'Aix, Meyrargues et Les Pennes-Mirabeau. En tout, ce sont 80 hommes et 15 engins qui prennent la direction des Alpes-de-Haute-Provence. Un détachement de soutien composé de trois modules d’intervention : "secours à personnes", "cellule de commandement", et "manœuvre de force désincarcération et logistique".
Les pompiers s'arrêteront dans un premier temps à Digne-les-Bains, où ils seront placés sous la responsabilité du SDIS 04, avant d'être envoyés sur le site du crash. Ils sont notamment équipés de projecteurs leur permettant de travailler de nuit, et de matériels adaptés à la présence de neige. Leur intervention, prévue pour un minimum de 24 heures, pourrait durer jusqu'à trois jours.
À noter qu'ils seront rejoints vers 16h par 7 marins-pompiers du Bataillon de Marseille, à bord de trois véhicules transportant des moyens spécifiques de désincarcération.

En tout, selon nos informations, ce sont 360 pompiers et 7 hélicoptères qui interviendront dans les Alpes-de-Haute-Provence.

(photos d'archives : le GRIMP en exercice autour de la Sainte Victoire)