Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

BatOlab de Saint Chamas : agir ça fait du bien !

C. Lombard C. Lombard
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Coup de projecteur sur une belle initiative citoyenne qui se bat pour contribuer, à son échelle, à la sauvegarde de l’étang de Berre. Un projet tant environnemental qu'artistique avec une idée commune: montrer qu'agir pour l'environnement et le bien commun c'est possible pour le simple citoyen.

Le projet, créé par des bénévoles cet été, s'appelle "L'étang de s'y mettre" et a pour but de nettoyer l'étang tout en développant une véritable archéologie des déchets.

"On se sent parfois impuissant face aux mauvaises nouvelles sur l’environnement qui nous parviennent de tous bords mais des initiatives redonnent espoir et réussissent à fédérer des groupes intergénérationnels pour le bien commun". Voilà le point de départ de l'association 8 Vies pour la planète basé à Saint-Chamas. Dans un communiqué, les bénévoles expliquent :

"Dernier né des projets de l’association de Saint-Chamas, le batOlab a vu le jour cet été grâce à la collaboration des bénévoles qui ont travaillé à sa remise en état dès le mois de juin. Ce bateau-laboratoire est destiné à l’amélioration de la santé de l’Etang de Berre.

L’idée est d’aller chercher les déchets sur les berges, le faible tirant-d’eau du bateau permettant d’accéder aux zones peu accessibles à pied. Pour le moment, l’association a déjà ramassé une centaine de kilogrammes de déchets parmi lesquels beaucoup de polystyrène, des cordes de bateaux, des fils de pêches avec leurs hameçons, des leurres de chasses, des bouteilles de bières “c’est assez drôle de revoir souvent les mêmes marques d’ailleurs” commentent les bénévoles.

Le but n’étant pas seulement de nettoyer, mais également d’analyser afin de former le public à l’archéologie des déchets et ainsi remonter à la racine du problème dans des ateliers de réflexion citoyenne. La technologie n’est pas en reste puisque le bateau est doté d’un ordinateur de bord pour collecter les données des capteurs et envisager des solutions matérielles sur le long terme en collaboration avec le Fablab de Saint-Chamas."