Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues : « fixer » les chèvres sauvages dans la colline

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La Ville de Martigues expérimente un espace de nourrissage sur les hauteurs de St-Julien pour tenter d'éloigner les chèvres errantes des routes et des parcelles agricoles.

C'est un sujet qui revient régulièrement depuis plusieurs années : les chèvres sauvages du massif de la Nerthe. Plusieurs centaines de têtes, le chiffre de 500 est un minimum communément admis, forment une dizaine de troupeaux de Martigues jusqu'au Rove. Ces caprins "errants" défraient la chronique locale, même quand ils ne traversent pas les (auto)routes de manière intempestive, qu'ils ne se nourrissent pas dans les zones cultivées ou qu'aucun charnier n'est découvert.

Plusieurs solutions pour réduire le cheptel ou juste l'écarter de l'activité humaine sont évoquées. L'une d'elle, un peu sur le modèle de l'association « Les chèvres de nos collines » à Châteauneuf-les-Martigues, consiste à "fixer" les bêtes dans des espaces éloignés en les rendant plus attractifs qu'un terre-plein central d'échangeur autoroutier ou qu'une parcelle de vignes appétissantes. C'est cette solution qu'a choisi à titre expérimental la Ville de Martigues : créer un espace de nourrissage dans les collines qui surplombent Saint-Julien-les-Martigues, plaine de l'Escourillon ; un dispositif alimenté en foin, en graines et en eau par les services municipaux et le Comité Communal Feu de Forêt (CCFF), les adhérents de la Société de chasse prenant leur part pour une surveillance générale tandis que la cave vinicole de St-Julien a aidé en matériel.

L'expérience est engagée jusqu'au 15 octobre prochain; la Ville de Martigues continuant la réflexion, avec différents partenaires, pour mettre en œuvre une réduction de ces chèvres sauvages sur son territoire.

Quant aux promeneurs et/ou randonneurs, ils ne doivent pas s'approcher des animaux pour d'évidentes raisons de sécurité. Dans son Arrêté Municipal n°777.2021 signé le 4 août, la Ville précise que « l'espace expérimental mis en place et délimité par la Commune est strictement interdit au public ». Sur place des panneaux rappellent ces consignes. Et plus précisément dans l'Arrêté: « Le public est invité à ne pas approcher ces animaux semi-sauvages, à ne pas les effaroucher, à ne pas essayer de les nourrir ou de les caresser ». Sachant que tout incident constaté peut être signalé au numéro vert gratuit « Allô Martigues » (0800150535).

En vidéo Patrick Madec, directeur du service Environnement et Développement Durable de Martigues.