Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Près de 500 personnes ont marché , à Martigues, pour une vraie loi climat

S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Ce dimanche 28 mars s'est déroulée la Marche pour une vraie loi climat dans plusieurs villes du département. A Martigues, près de 500 personnes se sont réunies pour soutenir le travail des membres de la Convention citoyenne, lancée par Emmanuel Macron, mais peu repris dans la loi Climat et résilience qui sera présentée, ce lundi, devant les députés

Le rendez-vous était fixé sur la place Jean Jaurès, dans le quartier de Ferrières, c'est sous un beau soleil que citoyens, associations, syndicats, élus se sont retrouvés avant d'entamer une marche jusqu'à Jonquières. La manifestation était organisée par Alternatiba, un mouvement citoyen de mobilisation sur le dérèglement climatique. Katy Bauchaud est l'une de ses adhérentes : « Nous répondons à l'appel des personnes qui ont participé à l'élaboration de la loi sur le climat lors de la Convention citoyenne. Ils appellent à marcher parce que le président de la République s'était engagé à reprendre intégralement et sans filtre les propositions issues de ce travail. Aujourd'hui, nous sommes plus de 400 organisations, à l'échelle de la France, pour aller marcher dans la rue et répondre à leur appel. »

Après un an de travail mené par les 150 citoyens (tirés au sort et représentatifs de la diversité de la société française), ce sont 149 propositions qui ont été présentées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40% d'ici 2030. Ce travail portait sur différents thèmes tels que le transport, nos habitudes de consommation, le transport aérien, le logement, la rénovation de bâtiments, l'alimentation, l'agroécologie... 113 propositions ont été amoindries, certaines supprimées du projet de loi Climat et résilience. On peut citer les mesures visant à interdire le financement de nouveaux élevages agro-industriels, les publicités sur la malbouffe et les produits fortement émetteurs de gaz à effet de serre, les extensions d'aéroport. Mais aussi celles portant sur le plan d'investissement dans le ferroviaire. Sont reportées la mise en place de la consigne sur le verre, la sortie progressive des avantages fiscaux sur le gazole... Au final, ce ne sont que dix mesures qui ont été reprises « sans filtre » comme s'y était engagé Emmanuel Macron, en 2019, avant que ne débute cette convention : « Dès qu'elle a rendu son travail, ajoute Katy Bauchaud, s'est mis en place un travail intensif des lobbyings auprès de nos ministres pour le démonter, purement et simplement. Ces propositions sont logiques, pertinentes, efficaces et elles répondent à l’objectif de diminution des émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici 2030. On voit bien que la volonté politique n'y est pas. »

De cette concertation, il ne reste donc pas grand chose dans ce que prévoit le projet de loi Climat et résilience qui sera présenté demain, lundi 29 mars, devant les députés : « J'ai déposé, avec mes collègues, plusieurs dizaines d'amendements, explique l'un d'eux, Pierre Dharréville, député communiste de la 13e circonscription des Bouches-du-Rhône, pour introduire dans ce texte tout ce qui a été enlevé par le gouvernement qui a décidé de faire une opération de communication autour de la cause écologique. C'est profondément révoltant. Dans les jours qui viennent, à l'Assemblée nationale, va se dérouler cette grande bataille parlementaire de façon à ce que ce texte serve à quelque chose. »

Plusieurs prises de paroles ont été faites, notamment par le parti communiste, le Mouvement pour la paix, Alternatiba... Avant de prendre le chemin des ponts bleus qui permettent de traverser les canaux de la Venise provençale. Les participants ont déambulé dans les trois quartiers du centre de Martigues pour terminer leur marche dans le parc de Ferrières.

Photographie: Frédéric Munos

En interview: Franck Dumas, président de La ligue des droits de l'homme Istres Ouest Provence. Katy Bauchaud, adhérente d'Alternatiba. Matéo Blanco, lycéen. Thomas Esteban, membre de la toute fraîche association martégale Lou'Farfanto. Le député Pierre Dharréville. Véronique Sahun, conseillère municipale à Vitrolles et représentante du Parti animaliste. Sylviane Reau, référente de l'association One voice dans les Bouches-du-Rhône. 

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3875_projet-loi

https://www.conventioncitoyennepourleclimat.fr/

https://www.hautconseilclimat.fr/wp-content/uploads/2021/02/hcc-avis-pjl-climat-resilience-1.pdf