Temps forts

Les enjeux climatiques enseignés à l'école

S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Lycées, collèges, écoles primaires... Les établissements soucieux de l'environnement s'impliquent dans une démarche de développement durable labellisée par l'académie D'aix-Marseille. Le lycée martégal Brise-Lames y participe depuis plusieurs années

Capuche sur la tête pour se protéger du vent, gants de jardinage aux mains... Une vingtaine d'élèves (de première année CAP option vente et cuisine) du lycée professionnel Brise-Lames, à Martigues, a nettoyé la pointe de Tholon le temps d'une matinée. Le site est remarquable. On peut y admirer l’étendue superbe de l'étang de Berre, mais aussi les vestiges d'une cité gallo-romaine ou encore ceux d'un vieux lavoir datant du 19e siècle. Si l'action se réalise à cet endroit précis, c'est qu'il est très fréquenté. Proche du lycée Paul Langevin, pas mal d'élèves y prennent leur pause méridienne. « Des canettes, des canettes et encore des canettes, répète la jeune Carla Beck. C'est choquant. On a trouvé pas mal de sachets de Mac Do. Certains vont acheter à manger et viennent se caler sur la plage. Je n'explique pas ça. Comment ne pas mettre ses déchets à la poubelle ou alors les garder avec soi le temps d'en trouver une ? » Ce nettoyage s'inscrit dans un projet plus global appelé E3D (éducation à la démarche de développement durable) initié par l'académie d'Aix-Marseille. Les lycées mais aussi les collèges et les écoles primaires qui ont décidé de prendre en compte les enjeux climatiques dans leur enseignement mais aussi dans le quotidien de leur établissement sont alors labellisés : «  Nous avons dix-sept objectifs, explique Christophe Monier, leur professeur de mathématique et science et référent environnement. On aborde la gestion des déchets, celle de l'énergie mais cela peut aussi être la préservation de la faune et de la flore, la mise en place d'actions pour lutter contre la faim, ou encore l'éducation à l'égalité hommes-femmes. » Une commission académique soutient les actions des établissements et les récompense pour leur investissement. L'idée est de leur proposer des supports pédagogiques et techniques afin de mieux appréhender le monde et ses interactions. Ce programme est aussi soutenu par la municipalité martégale. Le responsable du Grand parc de Figuerolles, Jean-François Gonzales, a réalisé une intervention rappelant que ce secteur abrite une zone humide fragile, donc à préserver : «  C'est un travail qui commence à porter ses fruits. On s'attendait d'ailleurs à trouver plus de déchets. Une vingtaine de sacs collectés, c'est tout à fait raisonnable. La Ville renouvelle cette année son opération Martigues propre, le 12 octobre, et tous les quartiers sont concernés. C'est un travail de fond qui va mobiliser une bonne partie de la population. » A Tholon, le pari est presque gagné. Jean-François Gonzales a connu des ramassages, il y a encore quelques années, qui se comptaient en camions-bennes de déchets. Les sacs entassés les uns sur les autres, les jeunes ont pu mesurer le travail effectué et se rendre compte de la diversité des objets jetés sur la voie publique. « Un barbecue, s'étonne l'un d’eux ! J'aurais pas cru ça ! »« Moi, je suis dégoûté, c'est dégueulasse. » ajoute un autre. Cette initiative avait un double objectifs pour le corps enseignant, celui, bien sûr, de sensibiliser les adolescents au respect de l’environnement mais aussi de faciliter l'intégration de ces élèves de première année qui entrent dans un nouvel établissement.