Temps forts

L'aéroport obtient son permis d'extension. Le combat des associations environnementales continue

L'aéroport Marseille-Provence obtient son permis d'extension.  Le combat des associations environnem

1/1

L'aéroport Marseille-Provence obtient son permis d'extension. Le combat des associations environnem

c. lips c. lips
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Après l'enquête publique, l'aéroport Marseille-Provence a obtenu un feu vert pour lancer son projet baptisé "Cœur d'aéroport". Il prévoit dès 2021, un doublement de la surface de l'aérogare du terminal 1 pour, à terme, accueillir plus d'avions et plus de passagers

L'enquête publique s'était déroulée du 15 septembre au 16 octobre 2020. Elle portait sur la première tranche de ce projet pharaonique qui vise à développer l'aéroport Marseille-Provence et à renforcer son attractivité sur le plan international. L'idée ? Créer un nouveau bâtiment de 22 000 m2 entre les halls A et B. Le terminal 1, qui n'a pas été rénové depuis 30 ans, ne répond plus actuellement aux nouvelles exigences en matière de sécurité et sanitaire. En découlent fréquemment des temps d'attente à l'enregistrement, aux contrôles de sécurité et à la livraison des bagages. "La création du nouveau bâtiment, entre les halls A et B, permettra de fluidifier le parcours du passager, explique le document de l'aéroport détaillant le programme, mais sans développer la capacité de l'aéroport".

En tout cas dans un premier temps. Car la seconde phase du projet concerne l'extension de l'aire de trafic et la construction d'une jetée d'embarquement pouvant accueillir des avions longs courriers. De quoi faire passer le trafic de 8 à 12 millions de voyageurs. C'est ce que dénonce l'association Alternatiba Marseille qui lutte contre le dérèglement climatique. Charlène Fleury en est la porte-parole. Elle explique : "Ce qu'on constate c'est qu'au départ, tout ça n'était qu'un seul et unique projet qui a été saucissonné pour ne soumettre à l'enquête publique qu'une petite partie. Avoir un si grand hall ça permettra de créer davantage de mouvements d'avions, de planifier de nouveaux créneaux de vols. La taille de ce nouveau bâtiment, on va en fait doubler la surface du Terminal 1, ne se justifie que par la seconde phase du projet, avec la création de cette jetée qui va venir s'accrocher dessus."

TRAFIC EN BAISSE FACE À LA CRISE

Alternatiba estime que la procédure d'enquête publique réduite à son minimum, en pleine pandémie, sans organisation de réunions pour informer les citoyens, est dévoyée. Plus de 600 avis se sont tout de même exprimés pour s'opposer à cette réalisation. De son côté le commissaire enquêteur, dans ses conclusions, déclare :  " La viabilité économique apparaît maintenue même avec des hypothèses de trafic revues en forte baisse en raison de la crise sanitaire (retour au trafic 2019 vers 2026). C’est un projet attendu et soutenu par des acteurs et des organismes représentatifs importants du secteur économique, touristique et culturel, par les communes de Marignane et de Saint-Victoret, par le Département et par la Métropole." Il considère que : "Les avantages du projet soumis à l’enquête l’emportent, sans conteste, sur les faibles inconvénients pour l’environnement.

De quoi faire bondir les militants écologistes. "Les émissions de gaz à effet de serre et les traînées de condensation derrière les avions participent à un effet réchauffant, ajoute Charlène Fleury. Plus de créneaux de vols ça veut dire plus de nuisances sonores pour les riverains. L'été, ils ne peuvent pas profiter de leur jardin. C'est également plus de pollution liée au trafic routier. Il va y avoir davantage d'embouteillages et le dimensionnement de l'intégralité des abords de l'aéroport n'est pas prévu pour un tel projet qui nous semble totalement disproportionné, notamment dans un contexte de crise du secteur aérien." 

L'aéroport a obtenu le permis de construire pour la première partie du projet concernant la création du nouveau bâtiment de l'aérogare. Les travaux sont censés démarrer en 2021. Alternatiba est en train de réfléchir à d'éventuels recours juridiques. Elle envisage de se mobiliser pour sensibiliser la population, le 23 janvier à Marseille, à ce projet mais aussi à la problématique du transport aérien dans le réchauffement climatique. Une pétition en ligne a déjà récolté 1400 signatures. 

https://agir.greenvoice.fr/ petitions/non-a-l-extension- de-l-aeroport-marseille- provence-ce-projet-est-un-non- sens-climatique-et-social