Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Les fumées industrielles de Fos transformées en micro-algues

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Appelé Vasco 2, ce projet visait à tester la production des micro-algues à partir du CO2 émis par les fumées industrielles. Trois ans après sont lancement, Vasco 2 est un succès.

Le projet était sans doute un peu dingue. Mais il est, aujourd'hui, couronné de succès. Vasco 2, digne successeur du projet Vasco 1, est arrivé à terme après 3 ans d'existence. Et le bilan se veut très positif. "C'était un projet innovant, pas simple, explique Michael Parra, chef du projet Vasco 2 pour le compte du Grand port maritime de Marseille. La culture des micro-algues a été un succès. Les résultats obtenus sont motivants pour écrire la suite." Dans les grandes lignes, le projet Vasco 2 consistait à installer au sein d'ArcelorMittal, Kem one et Solamat Merex Fos des bassins de 10 à 160m2 directement reliés aux cheminées des usines. "Au début on prenait que le CO2, on a fini le projet sur une perspective de traitement global des fumées en injectant le NOx et d'autres poussières dans ces bassins. Les micro-algues se développaient toute seule. C'est le même principe qu'une piscine qu'on laisse à l'abandon l'hiver." La pâte d'algues a ensuite été transformée en biobrut lequel a été raffiné en biocarburant. 

Du jardinier à l'agriculteur

Face à ce succès, le projet Vasco 3 verra le jour. Il est d'ailleurs en cours de finalisation. Il s'agira alors de produire à plus grande échelle ces micro-algues à base de CO2. "L'idée est de construire des bassins de 3000m2 pour faire de la production, poursuit le chef de service. Les industriels qui ont participé à Vasco 2 sont partants pour le numéro 3. Actuellement nous en sommes à la phase de chiffrage du projet." Une fois le dossier finalisé, sans doute d'ici la fin de cette année, c'est alors toute une filière d'écologie industrielle qui pourrait voir le jour sur le territoire. 

Et le projet se veut d'autant plus prometteur par sa corrélation avec celui, d'ampleur, du CEA de Cadarache, partenaire de Vasco 2. Le futur bâtiment de l’Institut biosciences et biotechnologies d'Aix-Marseille (Biam) est en construction sur le site. L'objectif de cette installation est de faciliter les interactions entre recherche fondamentale et appliquée sur les micro-algues. Et, peut-être, lever les verrous à leur utilisation pour produire des biocarburants. "Nous avons produit du biocarburant mais vraiment à très faible quantité", conclut le chef de projet. Pour l'heure, les pistes majeures d'utilisation des micro-algues sont les bio plastiques, les biogaz et la revente des éléments qui les composent comme l'huile, les lipides et les sucres. 

Ecoutez l'interview de Michael Parra, le chef de projet de Vasco 2