Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Etang de Berre : les palourdes interdites à la pêche

Etang de Berre : les  palourdes interdites à la pêche

1/1

Etang de Berre : les palourdes interdites à la pêche

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'était imminent depuis le dernier rapport du Gipreb : la pêche à la palourde dans l'étang de Berre est de nouveau interdite pour les professionnels comme pour les particuliers.

 Le constat du Gipreb
 Explication de l'anoxie

C'est une information qui date de vendredi dernier, confirmée ce lundi par les services de la Préfecture des Bouches-du-Rhône. Suite au dernier diagnostic du Gipreb qui constate, suite à l'épisode d'anoxie d'août dernier dans l'étang de Berre, une forte mortalité de toute espèce vivant à 2 mètres de profondeur et plus, les services de l'Etat font paraître un Arrêté qui interdit la pêche à la palourde dans l'étang de Berre pour les professionnels comme pour les particuliers.

Si les palourdes, elles, sont toujours vivantes dans les 2 mètres de profondeur autorisés à la pêche en bord de rivage, leurs congénères, qui vivaient au-delà et préservaient les stocks en se reproduisant ont diminué de façon dramatique voire quasiment disparu selon les secteurs. En cause, le dernier épisode d'anoxie. C'est le diagnostic qu'ont malheureusement établi les scientifiques du Gipreb (Groupement d'Intérêt Public pour la Réhabilitation de l'étang de Berre), doublé d'un constat in situ avec des représentants de pêcheurs. Il existe donc un risque en continuant la pêche, de voir disparaître la ressource sans qu'elle puisse se renouveler. D'où l'Arrêté d'interdiction. Une clause de revoyure est prévue et une évaluation de l’efficacité de cette mesure sera effectuée au cours de l’année 2019.

En substance, l'Arrêté prévoit jusqu'à 22.500 euros d’amende pour les contrevenants, en sus de la confiscation du produit de la pêche et du matériel de pêche. Les services de l’État assurent que des opérations de contrôles seront menées régulièrement afin de faire respecter cette mesure de sauvegarde.

Pour rappel, le manque d'oxygène (anoxie) est dû à de multiples causes : trop d'apports d'eaux riches en nutriments issues des rivières et de la centrale EdF, peu de Mistral qui a pour effet bénéfique quand il souffle de remuer l'étang et ainsi de renouveler l'oxygène, et une chaleur qu'il n'est plus la peine de commenter. Ces facteurs favorisent le surdéveloppement du phytoplancton dont la durée de vie est courte. Une fois mortes, ces micro-algues sédimentent au fond de l'eau et sont décomposées par des bactéries. Ce sont ces dernières qui consomment l'oxygène. En résumé : plus il y a de nutriments (azote), plus il y a d'algues donc de matières organiques, et plus il y a de bactéries pour les décomposer... et moins il y a d'oxygène... qui entraine une surmortalité d'être vivants, donc des bactéries en plus, etc...

L'étang de Berre n'avait pas connu un tel épisode d’anoxie depuis 2006, un véritable coup du sort pour les palourdes ET les pêcheurs pro qui n'avaient retrouvé qu'en début d'année l'autorisation de cette pêche si prisée.

En vidéo les explications de Raphaël Grisel, directeur du Gipreb.