Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Changement de calibre pour mesurer la pollution atmosphérique

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Atmosud, qui mesure la qualité de l'air dans la région, va étoffer son réseau d'analyses autour de l'étang de Berre avec des capteurs à particules ultrafines.

Si une particule dite « fine » est de la taille de quelques microns, une particule ultrafine, autrement nommée nanoparticule, est 1000 fois plus petite. Cette dimension ultra-microscopique lui donne la capacité à pénétrer plus profondément dans les voies respiratoires, voire à traverser la barrière pulmonaire car les nanoparticules peuvent se comporter comme des gaz. Elles ont des effets néfastes sur la santé, des impacts reconnus par les agences de santé. Ces polluants sont d'origines diverses, tels que les incendies de forêt, l'érosion éolienne, le trafic routier (échappement, usure de pneus ou de frein), l'industrie...

Dans la région de Fos sur mer, cela fait plusieurs années que l'Institut Ecocitoyen pour la Connaissance des Pollutions soulevait cette problématique mais ces nanoparticules (PUF) n'étaient pas prises en compte par les réglementations en vigueur. Aujourd'hui les choses changent. L'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a complété sa liste des polluants à analyser dans l'atmosphère et les particules ultrafines en font partie. Cela veut dire qu'à terme, une réglementation avec des seuils à ne pas dépasser sera promulguée concernant ces nanoparticules. Dans cette perspective le réseau Atmosud anticipe et vient d'acquérir 4 capteurs spécifiques. Une fois étalonnés, ces analyseurs seront positionnés dans 4 secteurs surveillés habituellement par Atmosud : Rognac, Port-de-Bouc, Fos sur mer et Port-Saint-Louis du Rhône. Mise en service prévue fin août-début septembre. En France, il est prévu une cinquantaine de sites de ce type à l'horizon 2023.

Après quasiment 50 années d'existence, le réseau de mesures de la qualité de l'air change une fois encore de braquet. Quelques détails avec les extraits d'interview de Boualem Masbah, responsable de la coordination de l'observatoire Atmosud.