Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

La pêche à la palourde rouverte dans l'étang de Berre

La pêche à la palourde rouverte dans l'étang de Berre

1/1

La pêche à la palourde rouverte dans l'étang de Berre

c. lips c. lips
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Suite à la crise qu'a connue l'étang en 2018 et à un taux de mortalité important des coquillages, les prélèvements avaient été interdits. Aujourd'hui le stock se renouvelle et la pêche est à nouveau autorisée sous certaines conditions

"C'est une bonne nouvelle", résume William Tillet le premier prud'homme de pêche du quartier maritime de Martigues. Depuis plusieurs mois, les professionnels poussaient auprès de l'État pour que celui-ci autorise à nouveau les prélèvements de palourdes dans l'étang de Berre. La pêche avait été interdite en 2018, suite à un été caniculaire et à des rejets importants de la centrale EDF de Saint-Chamas qui avait fait exploser le taux de mortalité de ces coquillages. 80% du stock était mort. Une catastrophe écologique et économique pour les professionnels qui vivaient de cette ressource. 

Un an et demi après, l'administration vient de prendre un arrêté pour autoriser à nouveau cette pêche, mais sous certaines conditions… Le nombre de licences de pêche délivrées passent de 90 à 78 et le quota de 40 à 25kg par jour et par pêcheur. Même chose sur le nombre de jours de pêche autorisés. C'était possible toute l'année, sauf les week-ends et les jours fériés, c'est désormais uniquement pendant deux périodes : de mi-mars à fin mai et de mi-octobre à fin décembre, au moment des fêtes de fin d'année. Et seulement les lundis, mercredis et vendredis. Une fois le confinement terminé, les pêcheurs loisirs auront eu aussi le droit d' "aller à la palourde", uniquement les week-ends et jours fériés en journée, et dans la limite de 2 kg par jour et par personne et en respectant, comme les professionnels, les limites de taille pour laisser aux plus petites le temps de grandir. 

Un stock évalué à 600 tonnes

Cette réouverture de la pêche s'est basée sur les prélèvements et les prospections réalisées par le Gipreb (syndicat mixte qui veille à la santé de l'étang de Berre) qui constate que le stock est en train de remonter. Il est évalué à 600 tonnes. "Pour que la ressource puisse se régénérer, on estime qu'il faut autoriser la pêche sur un tiers seulement de ce stock, explique Raphaël Grisel, le directeur du Gipreb. Globalement, on observe que la population de palourde se reconstitue. Et les mesures de restriction de la pêche y ont contribué. On a eu beaucoup de naissances, notamment après la crise. C'est bon signe pour la dynamique du stock, si les pêcheurs sont raisonnables et qu'il n'y a pas de braconnage." 

Le stock de palourdes sera régulièrement évalué, tous les six mois, pour que les autorisations de pêche soit ajustées si nécessaire, à la hausse ou à la baisse. "C'est dommage que cet arrêté tombe dans le contexte actuel de crise sanitaire, conclut William Tillet. On a le droit de pêcher mais si on ne trouve pas de débouchés, les professionnels ne vont pas rentrer dans leurs frais." Rappelons que la licence de pêche à pied coûte 250 euros.