Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Ensuès: la SNCF coupe les agaves pour mieux faire pousser l'hélianthème

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

On pourrait crier au scandale à voir le nombre important de plantes coupées. Mais c'est pour la bonne cause! Après la rénovation de la ligne de la Côte bleue, la SNCF veut réhabiliter l'hélianthème. Une fleur endémique mise à mal par les colonisatrices agaves.

C'est un mal pour un bien pourrait-on résumer. Jusqu'à la fin du mois de mai, la SNCF va couper les agaves présentes sur les abords de la ligne de la Côte bleue, fraîchement rénovée, entre Ensuès et le versant du Rio Tinto. Il s'agit là d'une mesure environnementale originale visant à éradiquer une plante, certes belle, mais invasive pour laisser place à une fleur endémique souffrant de cette présence massive. "L'hélianthème est originaire de Méditerranée et elle est concurrencée par les agaves qui, elles, ne le sont pas,  explique Sandrine Rabaseda, responsable Développement durable de SNCF Réseau. C'est pourquoi il faut les enlever." Pour cela, les agaves sont coupées après leur floraison de manière très rase pour éviter la repousse. "Ensuite, nous allons suivre pendant une dizaine d'années l'évolution naturelle du milieu et voir comment se comporte l'hélianthème", poursuit le responsable.

Un projet scientifique

Après l'arrachage des plantes invasives, démarrera alors une étude de longue date en collaboration avec le Conservatoire botanique de Porquerolles sur l'hélianthème. "Il s'agit là d'un vrai sujet scientifique, explique Sandrine Rabaseda. Nous voulons comprendre les modalités de pollinisation de cette espèce, la dissémination de ses graines, les facteurs qui font qu'une graine entre en dormance ou en germination. On veut pousser la connaissance scientifique en parallèle de l'observation."

Cette étude se fera sous la houlette de la Dreal (direction régionale de l'environnement). "Dans le cadre de la rénovation de la ligne de la Côte bleue, le confortement des parois rocheuses s'accompagnait d'investigations écologiques pour analyser les impacts potentiels générés par nos travaux. Il a été identifié qu'une espèce phare et protégée sur notre littoral était présente et qu'on avait des impacts sur celle-ci. L'une des mesures a alors été d'engager l'éradication des agaves. Il faut savoir que durant tout le chantier nous avons travaillé avec un bureau d'étude naturaliste qui vérifiait nos impacts, établissait des fiches de contrôle et les transmettait à la Dreal." 

Le faucon Pelerin

La SNCF surveille aussi la venue d'un couple de faucons pèlerins. "Nous avons vérifié durant les travaux de confortement si le couple avait été dérangé. Il sont installés sur un site peu accessible et la surveillance se fait aux jumelles. Le premier suivi montrerait qu'ils reviendraient. Nous allons les suivre pendant plusieurs années.