Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Forestiers-sapeurs : "entretenir" la forêt contre les incendies

Forestiers-sapeurs :

1/1

Forestiers-sapeurs : "entretenir" la forêt contre les incendies

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'est l'hiver que les travaux d'entretien forestier sont réalisés pour éviter les incendies, ou au pire, ralentir la propagation de flammes lors d'un feu de forêt l'été.

 Quentin Reynier, chef d'équipe forestier-sapeur
 Ludovic Badih, forestier-sapeur conducteur d'engins
 Manuel De Barros, forestier-sapeur

Si l'entretien des espaces forestiers sur le sol national est une tâche des agents de l'Office Nationale des Forêts, dans les Bouches-du-Rhône c'est surtout celle des forestiers-sapeurs du Conseil Départemental. Les 6 unités de ce service ont compétence sur environ 9000 hectares et près de 1800 kilomètres de pistes, à raison de 2000 hectares traités par an.

Ces derniers temps, l'unité de Châteauneuf-les-Martigues travaillent sur un nouveau chantier à flanc de colline, au sud de Saint-Julien. Des panneaux ''Chantier de débroussaillement'' balisent les débuts de sentiers alentours sous un couvert d'arbres serrés. Les tronçonneuses vrombissent et les rondins de bois s'entassent, disséminés ça et là par l'équipe d'environ 8 forestiers. « C'est une création, comme l'explique le chef d'équipe Quentin Reynier, ce lieu n'a jamais été traité et c'est pourquoi la végétation est dense. Pour cette première fois nous éclaircissons le sous-bois en enlevant quelques arbres, mais pas trop d'un seul coup. Nous repasserons une ou deux fois les prochaines années, manuellement, en accentuant les coupes d'arbres et l’élagage jusqu'à 3m ou 3m50 de hauteur. Ensuite, ce sont les engins qui prendront le relais ».

Changement de décors à quelques kilomètres de là, toujours sur la commune martégale. Au contraire du lieu précédent aux arbres serrés, nous voilà sur le plateau entre Ponteau et Carro. Vue imprenable sur le golfe de Fos à l'ouest et la Côte Bleue au sud. La piste DFCI, Défense de la Forêt contre l'Incendie est large, fraîchement entretenue. Au loin de la poussière... Elle est soulevée par un tracteur tirant un broyeur forestier. Le chemin est au centre d'un débroussaillement d'une dizaine de mètres de chaque côté. Ce genre de large voie sert tout autant de coupe-feu que d'espace ouvert pour les pompiers qui, en cas d'incendie, peuvent aussi bien y circuler que s'y protéger au cas où. Ici loin de tout ratiboiser sans distinction, les forestiers-sapeurs laissent de surprenants îlots de végétation au milieu des zones débroussaillées : « On fait ça pour l'image, raconte Ludovic Badih, conducteur d'engins chez les forestiers-sapeurs, c'est plus joli pour les promeneurs et ça sert aussi de caches pour la faune. Ensuite il y a aussi des rochers, autour desquels on ne peut pas broyer donc on s'en sert pour créer ces alvéoles de végétation ».

Des tâches à accomplir tout l'hiver, avant que la période estivale ne vienne changer la nature du travail. Les forestiers-sapeurs intègrent alors le dispositif du SDIS13 contre les incendies en patrouillant, intervenant sur les départs de feu ou en lisière des incendies de forêt déclarés. Des forestiers-sapeurs à pied-d’œuvre toute l'année dans les collines.

Retrouvez en vidéo les sapeurs-forestiers Quentin Reynier, Ludovic Badih et Manuel De Barros.