Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Forestiers-sapeurs, indispensable couleur jaune dans les collines

 L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

1/5

L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

 L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

2/5

L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

 L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

3/5

L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

 L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

4/5

L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

 L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

5/5

L'unité des forestiers-sapeurs de Châteauneuf-les-Martigues

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Au front aux côtés des sapeurs-pompiers quand il s'agit de combattre l'incendie de forêt, les forestiers-sapeurs sont à pied d’œuvre toute l'année dans le département. Focale sur un service méconnu pourtant indispensable.

 Philippe Lamine, chef de service des forestiers-sapeurs CD13
 Laurent Pagès, chef d'équipe de forestiers-sapeurs
 Forestiers-sapeurs du 13, l'unité de Châteauneuf-les-Martigues

« Forestiers-sapeurs », c'est la mention inscrite sous le logo du Département 13 sur les portes des pick-ups 4x4 jaunes, visibles toute l'année dans les collines. Tout de vert foncé vêtus, les forestier-sapeurs effectuent un travail dédié à la protection de la forêt contre l'incendie.

Ce service du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône comporte six unités réparties dans la région : Aubagne, Châteauneuf-les-Martigues, Lambesc, Peynier, Peyrolles-en-Provence et Saint-Rémy-de-Provence. Leur fonction: protéger l'espace forestier. Pour cela deux périodes distinctes détaillées par Laurent Pagès, chef d'équipe dans l'unité basée à Châteauneuf-les-Martigues : « Il y a la période hivernale pour la prévention : on débroussaille, on coupe des arbres, on met en sécurité les pistes DFCI [Défense de la Forêt Contre l'Incendie - ndlr] qui sont dédiées à lutter contre les feux en les canalisant, tout en permettant aux pompiers d'intervenir plus facilement au cœur des massifs. Puis il y a la période estivale où notre métier change complètement. On intègre le dispositif du SDIS13 contre les incendies en patrouillant, en intervenant sur les départs de feu, puis, en cas de feu de forêt déclaré, en débroussaillant les lisières de l'incendie pour le contenir ».

L'été, une soixantaine de patrouilles sillonnent les collines quotidiennement. A l'arrière des 4x4 une réserve de 600 litres d'eau avec une moto-pompe pour attaquer les départs de feu en attendant les pompiers. Sur leur secteur toute l'année, les forestiers-sapeurs en connaissent tous les accès et tous les lieux où ils sont intervenus, ou pas, pendant l'hiver. En amont, ces connaissances parfaites du terrain sont une mine de renseignements pour le Service Départemental d'Incendie et de Secours en cas de sinistre. Il peut ainsi affiner les moyens à engager en cas d'alerte. En aval, les engins de débroussaillement des forestiers-sapeurs permettent de canaliser les flammes d'une part, mais aussi d'ouvrir de nouvelles pistes en plein incendie, ou juste après, pour faciliter le travail des pompiers avec leurs camions pour éteindre le feu ou lors des opérations de noyage.

Mais ce n'est pas tout : « Les forestiers-sapeurs ayant une forte expérience de l'intervention en autonomie, ils sont appelés aussi lors de catastrophes types inondation ou tempête de neige, par exemple, ajoute Philippe Lamine, sous-directeur de la Forêt au Conseil Départemental et chef de service des forestiers-sapeurs. Des équipes sont souvent dépêchées dans d'autres département pour aider les populations. Nous sommes complémentaires aux sapeurs-pompiers ».

Les forestiers-sapeurs sont tout aussi peu médiatisés qu'ils semblent indispensables. Retrouvez en vidéo Philippe Lamine et Laurent Pagès.

(Photos Léo Cadart Roggeri – Maritima Médias)