Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues. De la réalité virtuelle pour trouver son métier

  • Emploi
  • 23/03/2021 à 16h48
  • 02:06
40 métiers différents peuvent être découverts avec les casques de réalité virtuelle.

1/1

40 métiers différents peuvent être découverts avec les casques de réalité virtuelle.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Pôle Emploi, le Mairiebus et les Espaces Publics Numériques ont investi la Maison Jacques Méli pour offrir aux demandeurs un regard nouveau sur les métiers qui recrutent.

« On met le casque et on se retrouve au cœur de l'usine, explique Sofia Bouzidi, référente insertion au Pôle Emploi de Martigues. Cela permet d'être directement confronté à la réalité du métier et souvent de se rendre compte de ce qu'il peut offrir, en terme d'expérience, de sensation ». Beaucoup plus parlante que la traditionnelle brochure ou que les fiches de l'Onisep, cette aventure virtuelle va non seulement désamorcer des préjugés tenaces mais aussi conforter des vocations. « J'ai mis le casque pour voir ce qu'était devenu le poste d'agent d'entretien, que je pratiquais il y a longtemps, et cela n'a pas vraiment changé, confie Éric, 56 ans, cela me rassure et m'encourage à continuer de chercher dans cette voie ». Pour les plus jeunes, en quête d'un premier contrat, c'est souvent l'effet inverse qui se produit. « Beaucoup nous disent qu'ils ne s'attendaient pas à voir ça, notamment dans les secteurs de l'industrie et du transport, que nous sélectionnons car ils recrutent sur le territoire, poursuit Sofia Bouzidi. Nous organisons ce type d'opération directement dans les quartiers car on se rend compte que les jeunes n'osent souvent pas franchir les portes de l'agence, nous captons des publics différents qui savent désormais tout ce que l'on peut leur proposer ».

Et pendant que certains se projettent parmi les quarante métiers visible en réalité virtuelle, d'autres en profitent pour tester leur niveau en informatique, dans le Mairiebus stationné juste à côté pour l'occasion. À l'intérieur, ils s'installent devant les quatre ordinateur connectés à Internet et profitent des conseils de deux médiateurs numériques pour évaluer leurs compétences. Cela se fait via la plateforme PIX, qui propose des questionnaires et des défis ludiques pour tous niveaux. Éric ne s'en est pas particulièrement bien sorti, mais pas question de baisser les bras : « C'était difficile, il y avait des choses que je savais avant mais j'ai tout oublié, avoue-t-il, mais avec ces gens autour de moi je sent que c'est possible, en plus c'est toujours intéressant d'apprendre de nouvelles choses ».

Organisés dans plusieurs quartiers de la ville, ces après-midis seront suivis dès ce mois d'avril de tables-rondes. Des chefs d'entreprises et des responsables d'organismes de formation représentants les principaux secteurs d'activités du territoire seront présents pour rencontrer les demandeurs et répondre à leurs questions.


Photo de Frédéric Munos