Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

IFP Training à Martigues : une filière d'emploi que le virus ne tarit pas.

  • Emploi
  • 05/10/2020 à 11h30
  • 03:49
IFP Training à Martigues : une filière d'emploi que le virus ne tarit pas.

1/1

IFP Training à Martigues : une filière d'emploi que le virus ne tarit pas.

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'est la 380e promotion à être diplômée. Depuis 35 ans, à raison de 15-20 personnes par session, l'IFP Training de Martigues a formé environ 5000 jeunes devenus opérateurs en industrie chimique, pétrolière ou gazière avec un taux d'embauche qui frôle les 100%.

 Alain Giliberti, responsable de l'IIFP Training à Martigues
 Samuel Delpuech, membre du jury et cadre à Kem One
 Thibault Mosca, nouveau diplômé

Ils étaient heureux, cette quinzaine de gaillards, à décrocher le brevet qui valide leur accession officielle au poste d'opérateur de l'industrie pétrochimique, pétrolière ou gazière, après délibération d'un jury composé d'une dizaine de professionnels du secteur. 

Et s'ils représentaient la 380e promotion, ils étaient certainement la première à avoir vécu de cette façon cette chaleureuse cérémonie de remise des diplômes puisque, Covid19 oblige, celle-ci ne s'est pas déroulée dans les locaux mais à l'air libre, plus exactement dans le patio intérieur du Bateau Blanc, l'immeuble qui héberge donc à Martigues le centre de formation professionnel français IFP Training, émanation du groupe IFP, Institut Français du Pétrole (devenu en 2010 IFPEN : et des Énergies Nouvelles).

Si les mesures sanitaires ont obligé l'établissement à se réorganiser dans l'urgence, la situation n'a pas affecté les jeunes en formation : destinés à travailler dans des sites Seveso ou dans des industries soumises par nature à de grosses contraintes sécuritaires, les futurs opérateurs ont été sélectionnés en grande partie pour leur solidité mentale et leur sang-froid, qualités indispensables pour faire face, sans paniquer, à des situations inhabituelles en cas d'incident. Les nouvelles exigences sanitaires découlant de l'épidémie ont donc pratiquement été perçues par les stagiaires comme un nouveau  risque supplémentaire, absorbé dans l'ensemble des contraintes sécuritaires inhérentes à leur futur métier.

Ce diplôme conclut donc une année de formation en alternance comme le détaille Alain Giliberti, le responsable du centre : ''Ce sont les entreprises principalement locales - comme Elengy, Naphtachimie, Ineos, Kem One et autres - qui embauchent directement les jeunes en contrat de professionnalisation - lequel correspond à un CDD d'une année - et ensuite, nous, on définit une convention de formation, on constitue une ou deux promotions en fonction du nombre de demandeurs et enfin, on dispense cette formation au premier module, qui est un module d'introduction notamment à la sécurité dans ces installations dangereuses"

Formation qui, comme son nom l'indique, permet au stagiaire d'alterner des périodes de deux semaines dans l'établissement martégal avec d'autres de six semaines en entreprise.
Et à l'issue de l'année, en fonction de leurs résultats, les jeunes peuvent être recrutés en CDI ou en CDD avec un taux d'embauche qui s'élève à quasiment 100% et pour l'essentiel dans le tissu industriel local.
La filière est en effet en grande tension en raison de vagues de départs en retraite qui entraînent une demande en continu de la part des entreprises, avec des plans d'embauche déjà en place pour les prochaines années, et ce même si on note actuellement un ralentissement en raison de l'épidémie de Covid mais aussi de la crise qui se profile. 

Les salaires d'entrée sont considérés comme très corrects et améliorés par un jeu de primes spéciales propres au système de travail en trois-huit.

La prochaine formation de futurs opérateurs en industrie démarre dans une quinzaine de jours, le 19 octobre.


Les entreprises recherchent également des mécaniciens industriels !
C'est l'autre filière de formation de l'IFP Training, la prochaine promotion démarre également le 19 octobre et il est encore possible de s'y inscrire au plus tard jusqu'au 15 octobre.
Pour ce poste de "mécanicien en machines tournantes sous pression", le profil idéal est un bac pro en maintenance des équipements industriels (MEI), mais même sans ce diplôme, un bon sens pratique est aussi recherché.

Ce poste consiste à analyser et réaliser, au sein d’une équipe, la maintenance des machines tournantes (pompes, compresseurs, turbines) des sites industriels (raffinerie, pétrochimie, chimie).

Même si elles étaient absentes de la dernière promotion d'opérateurs et encore rares à ces postes, les candidates sont les bienvenues dans ces deux filières.

Pour présenter sa candidature, contacter directement Alain Giliberti, le directeur de l'IFP Training de Martigues au 06 76 38 96 42 ou par mail : alain.giliberti@ifptraining.com

 

En vidéo, Alain Giliberti, responsable de l'IFP Training à Martigues détaille le poste d'opérateur et le profil des stagiaires, il explique également l'impact relatif que l'arrivée du virus a eu sur le cours de la formation.
Samuel Delpuech, responsable de l'unité de production de Kem One à Fos-sur-Mer et membre du jury, évoque le dévouement des équipes qui ont permis à l'entreprise de continuer à fonctionner en dépit de nombreux salariés touchés par le virus. Il revient également sur l'importance primordiale qu'il accorde à l'état d'esprit d'un candidat
Diplôme d'opérateur en main, Thibault Mosca, Martégal de 26 ans et ancien plongeur scaphandrier, est ravi de sa reconversion