Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Chez ArcelorMittal-Fos, les femmes veulent rendre l'Industrie "sexy"

  • Emploi
  • 10/03/2015 à 11h00
  • 02:08
Y'aurait-il une femme sous cette combinaison ?

1/1

Y'aurait-il une femme sous cette combinaison ?

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Non, les métiers de l'Industrie ne sont pas réservés aux hommes ! C'est le message qu'ArcelorMittal-Fos souhaite faire passer à toutes les femmes du territoire en quête d'orientation professionnelle, grâce notamment aux témoignages de ses salariées.

 L'interview d'Émilie Chailleux, responsable de la communication d'Arcelor-Fos.
 Virginie Rollin, chef de poste ''fabrication'' à Arcelor-Fos, s'y sent très à l'aise.
"Ça peut être sale, ça peut être dur, mais ce n'est pas strictement masculin", lance Émilie Chailleux, responsable de la communication chez ArcelorMittal. "On recrute entre 150 et 200 personnes en CDI tous les ans, c'est pour ça qu'on souhaite le faire savoir, et ne pas se priver du vivier potentiel qui constitue la moitié de la population active en France : les femmes". Car si elles ne représentent actuellement que 10% de la masse salariale du site de Fos-sur-mer, c'est parce que les métiers qu'il propose leur seraient inconnus, ou leur paraitraient inaccessibles...

"A priori l'Industrie n'est pas sexy, mais on peut y exercer des métiers passionnants", reprend la responsable. "Les femmes qui sont chez nous s'y plaisent beaucoup, donc on a envie de dire aux jeunes filles que parmi les voies possibles dans l'orientation, il y a celle de l'Industrie". Alors pourquoi ne pas le faire directement ? C'est ce qu'a décidé d'entreprendre ArcelorMittal à la fin du mois, lors de la Semaine de l'Industrie, avec l'opération "Des filles très steel" (steel étant la traduction anglaise du mot "acier").

Le principe est simple : mettre directement en contact lycéennes et étudiantes en quête d'orientation professionnelle avec des travailleuses de l'usine, comme Virginie Rollin, chef de poste "fabrication". "Il ne faut pas se mettre de barrière", explique-t-elle. "Ce n'est pas parce que l'on est une femme et que l'on veut une vie de famille à côté que l'on ne peut pas travailler dans l'industrie, la sidérurgie, être électricienne, mécanicienne, ou manager des hommes. Tout est faisable, il faut lever tous ces a priori". Reste ensuite à convaincre ces "demoiselles" de "mettre les mains dans le cambouis"... "C'est vrai que c'est bruyant, qu'il y a de la poussière, mais bon, on se lave ! Cela ne nous empêche pas de prendre soin de nous et de nous maquiller en dehors du travail", conclut-elle. Avis aux amatrices, tenez-vous prêtes pour la Semaine de l'Industrie, du 30 mars au 5 avril, il pourrait donc y avoir du travail à la clé.

En vidéos, regardez l'interview d'Émilie Chailleux, responsable de la communication d'ArcelorMittal à Fos-sur-mer, ainsi que le témoignage de Virginie Rollin, chef de poste "fabrication" sur le site de Fos.
(Images de Fabienne Verpalen)