Temps forts

Les matheux roulent leur bosse à Vitrolles !

Les élèves résolvaient les problèmes par groupes de trois.

1/1

Les élèves résolvaient les problèmes par groupes de trois.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La finale du Rallye "Mathématiques sans frontières" se déroulait hier au lycée Jean Monnet de Vitrolles. Près de 100 élèves, sur les 25 000 qui ont participé aux épreuves qualificatives, représentaient leur classe lors de cette grande fête des maths !

 L'interview d'Alain Benoit-Lizon, prefesseur agrégé de mathématiques.
 Ylenia, en seconde-pro Accueil, motivée pour faire gagner sa classe.
Présente dans l’Académie d’Aix-Marseille depuis 1997 grâce à la confiance de nombreux partenaires publics et privés, l’association culturelle et scientifique "Rallye Mathématiques sans frontières" organisait cette année la 20ème édition du concours destiné aux élèves de classes de troisième et de seconde. Objectif : développer le goût des mathématiques. "Le type d'exercices proposés est différent de ceux que l'on fait tout au long de l'année", précise Alain Benoit-Lizon, professeur agrégé au lycée Jean Monnet. "Je vois souvent des élèves qui ne sont habituellement pas intéressés ou découragés par les exercices académiques, prendre du plaisir lors du concours. On voit d'abord qu'ils ne s'imaginent pas capables de réussir, avant d'apercevoir plein d'étoiles dans leurs yeux lorsqu'ils ont trouvé". L'originalité des épreuves tient justement dans leur vocation à privilégier le goût de la recherche. Elles permettent ainsi de faire travailler des notions du programme d'une manière différente, et comptent désormais parmi les projets pédagogiques incontournables de l’académie d’Aix-Marseille.
À noter que le Rallye ajoute une dimension compétitive, puisque les élèves qualifiés représentent leur classe, mais aussi collective, les exercices étant résolus par groupes de trois. "On va gagner, c'est sûr", déclarait Ylenia Menichetti, en seconde-pro Accueil, quelques minutes avant d'entrer en lice. "Au début on a pris ça comme un jeu, mais quand on a su qu'on était prises en finale on était super contentes". Un enthousiasme plutôt rare lorsqu'on s’apprête à résoudre une série de problèmes... Enfin sachez que l’un d'entre eux était énoncé en plusieurs langues étrangères, et devait voir sa solution rédigée dans l’une des langues proposées pour être validé. Comme quoi le grand goûter qui a conclu la journée était bien mérité.

En vidéos, regardez les interviews d'Alain Benoit-Lizon, professeur de mathématiques agrégé au lycée Jean Monnet, et d'Ylenia Menichetti, représentant sa classe de seconde-pro Accueil.
(Images de Loretta Jobard)