Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Oublié de l'éducation prioritaire, le lycée Moulin de Port-de-Bouc va être aidé

Oublié de l'éducation prioritaire, le lycée Moulin de Port-de-Bouc va être aidé

1/1

Oublié de l'éducation prioritaire, le lycée Moulin de Port-de-Bouc va être aidé

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Et il n'est pas le seul. L'académie Aix-Marseille va bénéficier, à titre expérimental, de contrats locaux d'accompagnement. Sont visés des établissements hors zone d'éducation prioritaire. La secrétaire d'Etat en charge de l'éducation prioritaire est venue à Port-de-Bouc et Marseille.

 Nathalie Elimas, secrétaire d'Etat chargée de l'éducation prioritaire
 Thierry Mattei, directeur dy lycée Jean Moulin

Nathalie Elimas s'est d'abord rendue au collège Frédéric Mistral de Port-de-Bouc, un établissement situé en zone d'éducation prioritaire, qui bénéficie donc déjà d'aides. Proviseur et enseignants lui ont présenté les différentes actions menées au sein du collège pour aider les élèves. Elle s'est ensuite rendue au lycée Jean Moulin qui, lui, échappe au dispositif des zones d'éducation prioritaire mais qui, pourtant, aurait besoin de soutien. "Les lycées ne font plus partie de la carte de l'éducation prioritaire, explique Nathalie Elimas, la secrétaire d'Etat en charge de l'éducation prioritaire. Pourtant, certains présentent des besoins particuliers en matière de moyen et d'accompagnement." C'est aussi le cas des écoles situées sur des territoires isolés et des écoles dites orphelines ou des établissements à besoins particuliers.

Pour pallier cette carence, un nouvel outil va voir le jour à la rentrée 2021: le contrat local d'accompagnement. Ce contrat sera testé dans trois académies, dont celle d'Aix-Marseille, et plusieurs établissements en bénéficieront comme le lycée Jean Moulin de Port-de-Bouc, les collèges Carraire et Camus à Miramas, les écoles Henri Tranchier à Martigues, Carraire à Miramas et Paul Gauguin à Vitrolles ainsi que divers établissements marseillais. 

Dans les grandes lignes, ce dispositif, personnalisé en fonction des besoins de chaque établissement propose plusieurs sortes d'aides telles que des financements spéciaux, des postes et des heures supplémentaires ou encore des indemnités pour missions particulières.

Au lycée Jean Moulin, le corps éducatif a déjà listé une douzaine de problématiques rencontrées par les élèves. Ce contrat, visera alors à aider l'établissement dans la mise en place de solutions. Parmi les problèmes rencontrés: l'accès à l'emploi, la confiance en soi ou encore les inégalités filles/garçons. "Nous avons besoin de cette aide, affirme Thierry Mattei, le directeur du lycée. Nous avons un public particulièrement fragile. Cela nous permettra de monter des projets pédagogiques et éducatifs.

"C'est une phase d'expérimentation, a souligné la secrétaire d'Etat. Elle ne vaut que si elle est évaluée." Tout au long de l'année scolaire 2021-2022, le dispositif sera donc minutieusement analysé, via des comités de suivi créés dans les académies pilotes, il sera aussi réajusté puis étendu à d'autres académies à la rentrée 2022. 

Ecoutez les interviews de Nathalie Elimas, secrétaire d'Etat en chargée l'éducation prioritaire et de Thierry Mattéi, proviseur du lycée Jean Moulin.  

 (Images ©François Déléna)