Temps forts

Comment parler de la pédophilie aux enfants dans le milieu du sport ?

C. AMOUROUX C. AMOUROUX
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Colosse aux pieds d'argile était de passage à Istres samedi après-midi. Invitée par l'école de Rugby du SMR XV (Saint Mitre), l'association lutte contre les violences sexuelles en milieu sportif. Parler de ce sujet grave et important à des enfants et à de jeunes ados est indispensable mais l'exercice demande d'utiliser les bons mots.

Ils ont entre 8 et 14 ans, ils sont venus avec leur club pour participer à cette journée à l'apparence 100% sportive. Passionnés de foot, de rugby, de boxe ou encore de basketball, les enfants tournent sur différents ateliers toutes les 20 minutes

L'activité le plus importante de la journée se trouve dans une petite salle à côté des terrains de sport. Laetitia Pachou accueille les enfants avec sourire et bonne humeur. Par groupe de 10, ils rentrent timidement dans la salle et s’assoient en cercle autour de la vice présidente de la Fédération Française de rugby et membre de l'association.
Elle demande: "Vous savez pourquoi je suis là ?" Un timide "oui" arrive au bout de quelques secondes. "Pour parler de ce que les entraîneurs ont le droit et pas le droit de faire", résume un un garçon d'une douzaine d'années. "C'est quasiment ça, répond Laetitia Pachou (…) Est ce que vous savez ce que c'est la pédophilie ? …Non ? Et bien c'est des adultes qui font du mal aux enfants".S'ensuit des explications aux mots minutieusement choisis.

"Si un adulte rentre avec vous, vous lui dîtes de sortir. Si il ne veut pas sortir, vous vous doucherez à la maison."

Il ne faut pas choquer mais faire en sorte que les enfants comprennent les risques : "Il y a une violence qui s'appellent les violences sexuelles, c'est quand un adulte vous fait du mal avec son sexe". Particulièrement attentifs, silencieux et curieux, les enfants écoutent chaque parole. Ils sourient et rient nerveusement lorsque sont prononcés les mots "zizi" ou "nénés". En l'espace d'un quart d'heure Laetitia Pachou leur explique les limites, ce qui est interdit, ce qui ne doit jamais arriver mais aussi ce que l'on doit faire si cela arrive. La question des vestiaires est aussi abordée "Quand tu te laves, est ce qu'il y a des adultes avec toi?"-"non "- "C'est bien. Pas d'adulte avec vous dans les douches. Si un adulte rentre avec vous, vous lui dîtes de sortir. Si il ne veut pas sortir, vous vous doucherez à la maison". Le ton est ferme et les enfants acquiescent doucement.
A la fin de la séance, ils disent aurevoir. Une fois la porte passée, l'insouciance semble de retour, c'est la course pour arriver premier sur le terrain de foot. Pourtant, ces quelques minutes ont peut être fait la différence.

Plus tard dans l'après midi Laetitia Pachou recevra les parents et les entraîneurs. "Dans nos actions, nous faisons la protection de l’enfance mais aussi de tous les acteurs professionnels ou bénévoles encadrant les enfants. Nous les aidons à identifier et accompagner une victime mais surtout à ne pas se mettre dans des situations qui pourraient être mal-interprétées", indique l'association sur son site.

Colosse aux pieds d'argile

L'association est née d'une histoire. Celle de son fondateur Sébastien Boueilh, ancien rugbyman. Dans les années 90, entre 12 et 16 ans, Sébastien a été victime d'un pédophile qui était un de ses entraîneurs. Lors du procès, son avocat a utilisé l'expression Colosse aux pieds d’argile pour décrire son vécu. "Ce terme symbolise une puissance qui paraît invulnérable édifiée sur une base fragile".

Sébastien Boueill a décidé de prévenir les risques de pédophilie dans le milieu sportif à travers son histoire. Laetitia Pachou l'a racontée aux enfants ce vendredi après midi. "On leur montre que ça arrive aussi à des garçons forts...du coup on se sent moins coupable de subir des violences et ça peut permettre de les révéler".