Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Qualité de l’air: les épurateurs comme solution pour les établissements scolaires dans le rouge ?

C. AMOUROUX C. AMOUROUX
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

154 établissements scolaires sont dans des zones trop polluées dans la région Sud. Des machines pour purifier cet air au sein même des classes ont été testées à Marseille au lycée Diderot, et les résultats sont très prometteurs selon Atmosud.

De la crèche jusqu’au lycée, les enfants et les adolescents forment leurs poumons et ne respirent pas forcément l’air le plus pur, surtout sur notre territoire. Double mauvaise nouvelle: cet air mauvais a un impact sur les capacités de concentration. Les conditions d’apprentissage sont donc loin d’être idéales. Comment y remédier ?    

Une expérimentation vient d’être menée au lycée Diderot à Marseille. Des épurateurs d’air ont été installés dans deux salles de classe et dans le réfectoire. Les machines viennent de la société Eurévia et permettent la filtration des particules fines et ultrafines. 

Des résultats qui dépassent les attentes

L’expérimentation, à laquelle les lycéens de la section STI ont participé, a permis la récolte de précieuses données. Les épurateurs ont montré leur efficacité: une très grande partie des particules fines sont éliminées grâce au dispositif. Ces grandes boîtes constituent alors une solution pour lutter contre la propagation d'éventuels virus.

Le deuxième constat est plus inattendu: un vrai impact sur les particules ultrafines notamment émises par les combustions de véhicules, de bateau ou de l’industrie. Les établissements scolaires souffrent d’une pollution qui vient de l’extérieur. “ A l’échelle de la région il y a 154 établissements scolaires qui sont dans des zones au-dessus des normes limites, explique Dominique Robin directeur de Atmosud. Ce dispositif permettra sans doute de limiter cette pollution”. 

Plan de rénovation des écoles à Marseille: quelle place pour la qualité de l’air ? 

L’expérimentation fait écho à l'actualité puisque des dizaines d’écoles marseillaises vont faire l’objet d’une totale réhabilitation dans les prochaines années. Atmosud a saisi l’opportunité: “On a fait des propositions à la Ville de Marseille pour intégrer cette dynamique de prise en compte de l’air dans les établissements. On veut 25 m3 par enfant et par heure dans chaque classe, ça passe par les systèmes de ventilation, les choix de matériaux mais aussi par ces technologies surtout dans les zones polluées”. Ces nouveaux établissements qui s’annoncent modernes, verts et durables seront-ils également précurseurs en matière de qualité de l’air ? 

 

Interview: Dominique Robin, directeur de Atmosud

Images: Cyrielle Blazikowsky