Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Vitrolles. L'incendie de 2016 coûtera près de 3 millions d'euros

Loïc Gachon souhaite que les dépenses n'impactent pas trop le budget de la Ville.

1/1

Loïc Gachon souhaite que les dépenses n'impactent pas trop le budget de la Ville.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Les élus vitrollais ont voté hier soir des demandes de subventions aux collectivités territoriales pour couvrir une partie des dépenses liées aux dégâts causés par l'incendie. La commune devrait débourser 750 000 €. Explications avec le maire Loïc Gachon.


Maritima : Quel est le bilan économique de l'incendie de l'été dernier ?

Loïc Gachon : "Jusqu'à présent cela a coûté environ 2,9 millions d'euros, à la charge de la Ville. Une partie va être prise en charge par les assurances, soit environ 900 000 euros. Ensuite il reste deux millions à financer et c'est pourquoi nous adressons des demandes de subventions à nos partenaires".

Maritima : Connaissez-vous les montants pour lesquels vont-ils s'engager ?

Loïc Gachon : "Nous avons un engagement du Conseil Départemental, qui abondera à hauteur d'un million sur l'ensemble des dépenses engagées par la Ville. La Métropole financera 200 000 euros et la Région PACA 50 000".

Maritima : Est-ce suffisant pour vous permettre de vous en sortir ?

Loïc Gachon : "Il faudra bien qu'on s'en sorte. On a déjà trouvé les moyens de toute façon. Après, le soutien des collectivités nous est très précieux, pour que ces dépenses n'impactent pas trop le budget de la commune".

Maritima : Les réparations sont en cours, mais les traces du sinistre finiront-elles par s'effacer ?

Loïc Gachon : "Sur les bâtiments, on va tâcher qu'elles s'effacent le plus vite possible. L'école est terminée, et il reste des locaux sportifs qui seront réhabilités d'ici l'été prochain. Sur les espaces naturels cela prendra plus de temps, on en est encore aujourd'hui à couper des arbres morts. On a fait l'essentiel, le plus urgent, sur les terrains municipaux, mais il reste encore des espaces à traiter, l'ensemble du plateau notamment".

Maritima : Qu'en est-il des rochers, également impactés par le feu ?

Loïc Gachon : "C'était l'une de nos grandes inquiétudes depuis l'année dernière, celle de voir les falaises de Vitrolles fragilisées par l'incendie, et il a fallu trouver des financements pour consolider les protections anti-chute de blocs".

Maritima : Plus d'un après, comment mesurez-vous l'influence que le sinistre a eu sur la population ?

Loïc Gachon : "Toutes les épreuves ont tendance à souder la population. Lorsque l'on est confronté ensemble à une épreuve, on regarde davantage dans la même direction, plutôt que de s'attarder sur les uns et les autres. Un élan de solidarité est venu vers nous, mais est aussi né entre nous, et je pense que les Vitrollais voient les choses un peu différemment depuis l'incendie". 


Propos recueillis par Rémy Reponty