Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

TER : L'ouverture à la concurrence officiellement sur les rails en Paca

TER : L'ouverture à la concurrence officiellement sur les rails en Paca

1/1

TER : L'ouverture à la concurrence officiellement sur les rails en Paca

M. Chaix M. Chaix
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Ce jeudi, la SNCF a perdu son monopole. La ligne TER Marseille-Toulon-Nice sera exploitée dès 2025 par la société Transdev. Une privatisation qui promet aux usagers un meilleur service mais contestée par les cheminots qui redoutent un phénomène de dumping social

"C'était une décision nécessaire" explique Renaud Muselier, le président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dont l'institution gère les transports ferroviaires régionaux. En 2016, la Région Sud faisait encore figure de mauvaise élève en terme de qualité de service pour ses TER. 1 train sur 5 était en retard, 1 sur 10 était annulé et 15 000 actes de violence étaient recensés dans ces transports. Pour y remédier, la Région a fait le choix de la privatisation et a lancé un appel à projets pour l'ouverture à la concurrence des TER.

Jeudi dernier, en marge d'une séance plénière, c'est la société française Transdev, numéro 2 en Allemagne qui a remporté la ligne TER Marseille-Toulon-Nice. La SNCF exploitera elle l'ensemble de l'Etoile Ferroviaire de Nice ( Cannes-Grasse-Les Arcs-Nice-Vintimille-Tende). Ces deux offres correspondent à plus de 30% du réseau ferroviaire en Paca. "Cela représente aussi 2 milliards d'euros d'investissement pour la Région" détaille Renaud Muselier. 

La promesse d'un retour à la performance 

"L'ouverture à la concurrence, c'est l'occasion de démontrer des savoir-faire différents, de partager des expériences" affirme Thierry Mallet, président du groupe Transdev. Le transporteur Transdev qui exploitera la ligne Marseille-Toulon-Nice ambitionne notamment de réduire de 40% les retards et de doubler le trafic avec 14 allers-retours quotidiens contre 7 actuellement. "L'offre diversifiée va forcément entraîner une baisse des coûts. L'idée est de faire mieux pour moins cher". 16 nouvelles rames vont par ailleurs être inaugurées avec de nouveaux services pour les usagers : clim, wifi, prises ou encore espaces dédiés aux poussettes et vélos.

La SNCF, qui accuse une brèche dans son monopole, récupère tout de même 23% du réseau de la région avec la ligne Cannes-Tende. Elle prévoit dès 2025, l'augmentation de 75% de trains, et des trains toutes les 15 min entre Cannes et Menton. "Le plus important est de travailler la régularité, explique Christophe Fanichet président général SNCF Voyageurs. Nous souhaitons atteindre les 98,5% de trains à l'heure."

La crainte d'un dumping social pour les cheminots

A l'annonce de l'ouverture de la concurrence, les cheminots se sont mobilisés pour dénoncer un phénomène de dumping social. Ils redoutent notamment la disparition de leur statut. "Les appels d'offres n'étaient pas obligatoires, la position idéologique de la Région est d'aller vers le privé, explique Frédéric Michel, secrétaire général de Sud Rail Paca. Les appels d'offre vont se multiplier et à terme, le danger est de voir disparaître la SNCF".

160 cheminots devront être ainsi transférés. "Un transfert sur la base du volontariat" assure Thierry Mallet de la société Transdev. "Il n'y a pas d'inquiétudes à avoir, les agents vont garder leur rémunération, leurs avantages annexes,  comme les facilités de circulation. Ce qui va changer, c'est l'organisation du travail" ajoute-t-il. Des arguments qui sans doute,  ne vont pas convaincre les travailleurs. Ils étaient plus de 2000 dans les rues ce vendredi selon la CGT pour dire "non" à la privatisation.

L'exploitation de ces deux lignes par Transdev et la SNCF sera effective en 2025.

Reportage à retrouver demain dans votre matinale sur le 107.2