Temps forts

Martigues. Inéos va supprimer 54 postes au Centre de Technologie

Inéos Plateforme de Lavéra

1/1

Inéos Plateforme de Lavéra

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Inéos prépare un plan social dans son centre de technologie. Sur les 80 postes que compte la structure, 54 devraient être supprimés. La CGT s'inquiète.

 Sébastien Varagnol, secrétaire général CGT inéos
Racheté en 2005 en même temps que la raffinerie, le centre de technologie d'Inéos est spécialisé dans le transfert de technologies, l'extrapolation de catalyseurs et de procédés. En un mot, il vend des savoir-faire développés sur place. Aujourd'hui, l'entreprise souhaite revoir sa politique de recherche et développement, ce qui passe par une réduction drastique du personnel du centre. Sur les 80 postes occupés, 54 seront supprimés. "Notre priorité c'est le reclassement des salariés, affirme Sébastien Varagnol, secrétaire général CGT Inéos. Nous travaillons sur une plateforme de 1200 salariés, nous possédons un laboratoire, il est donc tout à fait possible de reclasser le personnel." Malgré tout, des licenciements ne semblent pas exclus. Pour l'heure, la direction du site n'a pas souhaité s'exprimer sur la question, mais la CGT se dit d'ores et déjà prête à aller au rapport de force en cas d'échec des négociations. "On sait très bien que la recherche n'est pas le coeur de métier d'Inéos, concède le secrétaire. Aujourd'hui, ils décident de revoir leur stratégie. Nous ne pensons pas que ce soit une bonne décision, d'autant plus qu'elle est prise pour des raisons économiques qui ne tiennent pas." En effet, la vente de procédés est toujours rentable, en revanche, elle crée une concurrence néfaste pour l'industriel qui préfère s'en séparer.  "Pour l'instant, les salariés sont très inquiets, conclut Sébastien Cavagnol, d'autant que les procédures peuvent aller très vite. Nous n'avons pas vraiment le temps de la réflexion. La fin de la procédure de consultation est prévue pour le 19 décembre. Elle sera ensuite soumise à la Direccte. Nous n'acceptons pas qu'un groupe comme Inéos aille jusqu'au licenciement.

Ecoutez l'interview de Sébastien Varagnol, secrétaire général de la CGT d'Inéos.