Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Reprise de La Marseillaise : le projet de Maritima appuyé par les syndicats

Reprise de La Marseillaise: le projet de Maritima appuyé par les syndicats

1/1

Reprise de La Marseillaise: le projet de Maritima appuyé par les syndicats

C. AMOUROUX C. AMOUROUX
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Suite à l'appel d'offres lancé pour trouver un repreneur, le groupe Maritima finalise un projet de reprise du quotidien emblématique La Marseillaise. Ce plan en adéquation avec les volontés salariales est appuyé par les syndicats.

Depuis plusieurs années, le journal La Marseillaise connaît des difficultés financières majeures, et la crise liée au coronavirus a été un nouveau coup de massue pour le quotidien. La société éditrice, Les Editions des fédérés, a été placée en liquidation judiciaire, un repreneur doit être trouvé avant le 14 août.Ce matin dans ses colonnes, La Marseillaise révèle que Maritima Médias s'est positionné avec un projet de reprise impliquant les salariés et les Amis de La Marseillaise.

Objectif : préservation des emplois et de la ligne éditoriale

"La solution présentée (...) correspond à trois exigences essentielles : la préservation des emplois, du périmètre de la diffusion et de la ligne éditoriale", indique Émilie Parente, déléguée syndicale CGT de La Marseillaise.

Le groupe a séduit les syndicats par son soucis de préserver le quotidien dans son identité propre et historique: "L'ambition de Maritima est de créer un média global", détaille Thierry Debard directeur du groupe. "Nous travaillons avec nos partenaires sur un dossier de reprise où la préservation des emplois sera une priorité. Les synergies sont évidentes, commerciales, événementielles etc...". " Le groupe Maritima ambitionne également d'accompagner la transition numérique du journal" ajoute Thierry Debard.

La nouvelle société éditrice de La Marseillaise serait une SAS associant Maritima médias, des investisseurs privés et une société coopérative d’intérêt collectif, elle-même composée par des salariés, les Amis de La Marseillaise et des collectivités soucieuses de la défense du pluralisme.