Temps forts

A Marseille, l'immobilier ancien se maintient

M. Chaix M. Chaix
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La chambre départementale des notaires vient de présenter la tendance de l'immobilier dans les Bouches-du-Rhône. A Marseille, le volume et le prix des transactions pour le parc immobilier ancien est resté stable.

Selon les chiffres de la chambre départementale, arrêtés au 30 juin 2019, le prix médian au m² pour Marseille a augmenté de 1,1% pour les appartements et 1,6% pour les maisons. Le volume des transactions s’est également maintenu.

Dans la cité phocéenne, le prix d'un appartement ancien se situe autour de 2 330 € le m². Mais la moyenne cache en réalité des écarts considérables de prix selon les quartiers. Il existe à Marseille une véritable fracture entre les quartiers Nord et les quartiers Sud. Ainsi, dans le quartier de Saint-Antoine (15ème arrondissement), le prix médian du mètre carré est de 1080 € contre 3940 € dans le quartier d'Endoume, situé dans le très prisé 7ème arrondissement.

Autre particularité du territoire, il existe des écarts de prix au sein même des quartiers. Le deuxième arrondissement en est la meilleure illustration. On atteint un prix médian de 2 960 € dans le quartier de l’hôtel de ville (on se rapproche du prix médian des quartiers marseillais les plus prisés), prisé essentiellement par une clientèle touristique.  Or on plafonne à la Joliette autour de 1910 € le m2, avec une baisse du prix médian de – 9%. 

Les tendances se confirment pour les maisons anciennes. Le prix moyen d’une maison ancienne à Marseille s’élève autour de 315 000 € pour 100 m² de superficie habitable, avec en moyenne un terrain de 500 m². Comme pour les appartements, il existe toujours une fracture entre les quartiers Nord et Sud de la ville. Les prix des maisons sont les plus bas, notamment les 14ème, 15ème et 16ème arrondissements. Dans le 14ème arrondissement, une maison ancienne vous coûtera autour de 267 500 € pour une superficie habitable de 123 m².  Alors que le prix médian d’une maison ancienne pour une même superficie de 120 m², s’élève autour de 482 000 € dans le 9ème.

Drame de la rue d'Aubagne, un frein psychologique ?

Dans les quartiers du centre-ville, les effondrements des immeubles de la rue d'Aubagne et les évacuations multiples ont eu de quoi effrayer les potentiels acquéreurs. Pourtant, Stéphanie Viguier, notaire à Marseille l'assure : "L’effet immédiat a surtout été psychologique : outre la stupeur et l’indignation, les acquéreurs et les professionnels ont pris peur : peur des fissures, de l’état des balcons, des cages d’escaliers. Ils s’inquiètent davantage sur les travaux de renforcement de structure qui sont beaucoup plus souvent mis à l’ordre du jour des assemblées générales de copropriété. "

La rue d'Aubagne traverse deux arrondissements, le 1er et le 6ème, plus précisément le quartier de Noailles et celui de Notre Dame du Mont.
A Noailles, l’année dernière, le prix au m² médian était de 1 970 €, et on est passé cette année à un prix médian de 2 070 €, il n’y a donc pas eu de baisse dans les chiffres. " Le volume des transactions d’après nos chiffres s’y est également maintenu." confirme Stéphanie Viguier.
A notre Dame du mont, le prix était de 2 450 € le m² l’année dernière, et on est passé à un prix médian de 2 320 €, le volume des transactions s’est maintenu mais on enregistre une baisse du prix au m² médian de – 4,1%.

Stéphanie Viguier compte sur l'évolution de ces chiffres avec la mise en place du permis de louer obligatoire dans le quartier de Noailles expérimenté à compter du 15 octobre prochain.

Il obligera tous les bailleurs qui souhaitent conclure un nouveau contrat de location, à demander le passage d’un technicien qui vérifiera que les normes de sécurité et de salubrité sont respectées au sein du périmètre couvert par le projet d’Opération d’Amélioration de l’Habitat de Marseille Centre. L’autorisation préalable à la location sera délivrée par la Présidente de la Métropole, et conditionnera la signature de chaque nouveau bail d’habitation.


Interview de Stéphanie Viguier, notaire à Marseille

Images : Enzo Buonalana