Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Les agents de sûreté aéroportuaire en grève

Les agents de sûreté aéroportuaire en grève

1/1

Les agents de sûreté aéroportuaire en grève

M. Chaix M. Chaix
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Direction Marignane, où un mouvement de grève a débuté ce mardi. Depuis 10h ce matin, des agents de sûreté ont répondu à
à l'appel de la CGT. Ils dénoncent des baisses de salaires, des conditions de travail en berne et surtout, la proratisation d'une prime annuelle... Entretien avec Huseyin Yildirim, délégué syndical CGT securitas transport

Le préavis de grève a été déposé jusqu'au jeudi 18 novembre. Quelles sont concrètement les revendications portées par vos agents ?

Notre mobilisation est directement liée à la Pasa, la prime annuelle de sureté aéroportuaire. En tant que négociateur de branches, pour mon organisation CGT, on a fait 6 ou 7 réunions avec le syndicat des patrons mais qui n'ont rien donné. Ils veulent proratiser cette prime en mettant des critères un peu discriminants pour nos salariés qui ont des accidents de travail, des congés maternité. Pour la toucher, il faudra désormais faire un minimum d'heures. Nous demandons à ce que l'accord soit réécrit. Cet acquis permettait de rendre la profession attractive, cette prime représente comme un 13e mois pour nos salariés. Cet accord est inacceptable.

Vous vous mobilisez aussi pour dénoncer la baisse des salaires et les conditions de travail...

Oui, nous demandons une augmentation de 10% de notre salaire, pour une profession qui est au plus mal. On fait des missions régaliennes, on demande à ce que notre statut d'agent de sûreté vienne à changer. On est soumis à pas mal de tests, à des certifications européennes tous les 3 ans. On demande à ce que cette certification soit remise en cause parce que si vous la ratez au bout de 4 échecs, vous perdez votre emploi. 

Quel impact de la grève sur les vols ?

Sur l’aéroport Marseille Provence, il faut s'attendre à des retards sur les rotations. En intersyndicale, en bagages de soute, on a une cinquantaine de personnel mobilisé, soit 70% de grévistes. En revanche, sur le pôle d'inspection/filtrage des passagers, aucune intersyndicale ne s'est mise en place. La dernière négociation de branche aura lieu le 19 novembre pour faire reculer ces accords très restrictifs et qui représentent une régression sociale pour les salariés.